Fév 14

«Pacte mondial pour une meilleure gestion de l’eau, par une approche intégrée et par bassin»

 

Eau

Réunis à Marseille, à l’occasion du 6ème Forum Mondial de l’Eau le 16 mars prochain, les représentants d’organismes de bassin de fleuves, de lacs ou d’aquifères, de différentes parties du monde, devraient adopter le « Pacte Mondial pour une meilleure gestion des bassins », en vue de développer la gestion intégrée et solidaire des ressources en eau, à l’échelle des bassins nationaux, régionaux et transfrontaliers et répondre aux défis que doit affronter notre planète.

En tant que Président du syndicat du SAGE du Cailly-Aubette-Robec, je m’inscris pleinement dans cette double perspective, de bassin versant qui transcende les territoires administratifs, et de gestion globale de l’eau.

Nos efforts doivent en effet permettre à la fois de lutter contre les catastrophes naturelles, de satisfaire de façon fiable les besoins des populations urbaines et rurales en eau potable, afin d’améliorer l’hygiène et la santé et prévenir des épidémies, d’assurer la suffisance agroalimentaire, de développer l’industrie, la production énergétique, le transport par voie d’eau, le tourisme et les loisirs, de prévenir et de combattre les pollutions de toutes natures, afin de préserver les écosystèmes aquatiques, soutenir la production piscicole, et de façon plus générale préserver la biodiversité des milieux liés à l’eau.

 

Tous ces enjeux ne peuvent plus être abordés de façon sectorielle ou localisée, ni séparément les uns des autres. Il est impératif d’introduire et/ou de renforcer les formes nouvelles de gouvernance des ressources en eau recommandées, d’ores et déjà, à Dublin (1991), Rio (1992), Paris (1998), La Haye (2000), Johannesburg (2002), Kyoto (2003), Mexico (2006) et Istanbul (2009).

Il convient d’harmoniser les politiques et les législations, pour favoriser, notamment, la création et le renforcement d’organisations appropriées de bassin, notamment par la mise en œuvre de programmes régionaux d’intérêt commun indispensables à l’amélioration de la gestion des ressources en eaux souterraines et superficielles à l’échelle des bassins.

Il est nécessaire de créer ou de renforcer les financements dédiés à la gestion des ressources en eau et des milieux aquatiques et d’une façon générale du « grand cycle » de l’eau, La création et le renforcement de commissions internationales, d’autorités ou autres organismes de bassin transfrontaliers facilitent le dialogue, la coopération, l’échange d’information et la mise en oeuvre des actions et projets communs, permettant de partager les bénéfices, d’anticiper l’avenir et de prévenir des conflits potentiels entre les acteurs concernés.

Ce « Pacte Mondial pour une meilleure gestion des bassins », exprime la volonté d’agir dès maintenant , pour


améliorer la gouvernance de l’eau, faciliter la création d’organismes de bassin là où ils n’existent pas encore, renforcer les organismes existants, aider les autorités à élaborer des politiques de gestion durable de l’eau et les programmes nécessaires à leur application concrète sur le terrain, à soutenir les processus de gestion solidaire des ressources en eau et des milieux organisée à l’échelle des bassins locaux, nationaux ou transfrontaliers selon le cas,.

Il doit permettre d’élaborer des programmes d’actions et d’investissements successifs qui répondent aux priorités économiques, sociales et environnementales des bassins, fixées dans les plans de gestion, notamment dans les secteurs de l’eau potable, de l’assainissement, de la santé, de l’énergie, de l’agriculture et de la pêche, des transports fluviaux, de la protection contre les risques et de la préservation de la biodiversité, concourant ainsi au développement durable et à la lutte contre la pauvreté.

Il doit aussi contribuer à mobiliser de façon appropriée les ressources financières indispensables pour mener à bien ces réformes de gouvernance, assurer une gestion pérenne des bassins et réaliser les programmes d’actions et d’investissements nécessaires.

 Un compte rendu de ces actions et un partage des progrès réalisés sont d’ores et déjà prévus lors du prochain Forum Mondial de l’Eau en 2015.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.