«

»

Oct 15

Pluies tropicales sur le Languedoc : c’est grave docteur ?…

crue_var_062010Je relate ici l’analyse que  m’a transmis, Pierre SOUHAITE , Retraité  de METEO France, Ancien Prévisionniste à METEO FRANCE . N° 2 de la station Météo de Bourg Saint Maurice – Responsable du plan anti-avalanche pour la Savoie – responsable de la formation des météos venus en renfort pour les jeux olympiques d’Albertville – Fin de carrière en Guadeloupe , responsable des plans de vols aériens pour toutes les compagnies d’aviation.
Bien sur son analyse ses mots, ses jugements, l’engagent seul, mais c’est un témoignage qui me parait utile et intéressant pour le débat !

«  Quelques personnes ont demandé le pourquoi de ce pataquès.

Sur la région de Montpellier, 260 mm de pluie en 3 heures (dont 190 mm en 2 h), et à nouveau 260 mm en 4 h (dont 220 mm en 3 h), puis cette nuit 300 mm en 3 h vers Uzès (Gard). Tout est craindre pour la nuit prochaine avec ce qui se prépare sur l’Espagne. C’est quoi cette énormité ? Rappelons que 300 mm, c’est 300 litres d’eau au mètre carré !

Durant tout mon job de prévisionniste météo, le maximum de pluie vécu fut 300 mm en 3 h 1/2 en Guadeloupe, résultat d’une énorme cellule orageuse détachée d’un cyclone, c’est dire…

A cette saison, sur le Languedoc-Gard, 300 mm en 12 h, ou plus en 24 h, c’est normal : pluies d’épisodes cévenols par accumulation orographique d’une masse d’air, d’origine marine, sur les Cévennes. Mais en 3 h, alors là, c’est autre chose… Car ces hauteurs d’eau sont des mesures, or localement les données radars indiquent bien plus selon Météo-France. Des journalistes météo ont parlé à la télé de phénomène cévenol, par inertie, pour ensuite se reprendre… Il a fallu qu’un maire d’une commune ravagée s’énerve et dise : « Voilà les résultats du réchauffement climatique », pour que les causes soient très légèrement abordées.

Dans le Midi, 4 départements vont terriblement souffrir dans le proche avenir avec des communes condamnées : l’Hérault, le Gard, le Var et les Alpes-Maritimes… Pourquoi ? Les deux saisons dangereuses sont le printemps et l’automne, surtout l’automne. Au printemps, les dernières descentes froides ont lieu. A l’automne, les premières descendent du cercle polaire vers le proche Atlantique. Si elles se dirigent vers le Portugal, voire le Maroc, le conflit des masses d’air devient énorme. Par conséquence, à l’avant de cet air froid, le flux de surface et d’altitude se redresse pour devenir un flux de sud-ouest à sud venant du Sahara. Dans un premier temps, il traverse l’Espagne, des cellules orageuses peuvent se former vers la Catalogne à proximité de la mer, direction le Languedoc : les ennuis commencent, c’est la situation actuelle. Ensuite, ce système chaud arrive sur la Méditerranée et se charge fortement en humidité par évaporation de la mer. L’ensemble du système étant dépressionnaire, les vents de basse et moyenne altitude tournent dans le sens contraire de l’aiguille d’une montre, et viennent, en plus, buter sur les Cévennes, et plus tard sur les montagnes du Verdon et du Mercantour (Var et Alpes-Maritimes). Si la masse d’air chaude est stable, nous avons des pluies cévenoles par accumulation. Si la masse d’air est instable, nous avons formation de cellules orageuses qui, en s’agglomérant, deviennent des ensembles orageux énormes (comme la genèse des cyclones).

Or , plus la température de l’eau de mer est élevée, plus l’évaporation est forte, plus les cellules orageuses sont chargées d’énergie et plus les orages/pluies sont puissants. Et comme la température de l’eau de la Méditerranée ne cesse de s’élever de façon préoccupante… En juin 2010, une partie du Var fut ravagé de Draguignan à Fréjus par d’épouvantables orages venant de la mer. Météo-France avait parlé d’un début d’organisation cyclonique des cellules orageuses… Les cyclones se forment à partir d’une eau à 27°. La méditerranée ouest risque fort de devenir un chaudron de sorcières !

Peut-être avez-vous entendu la courte déclaration de Laurent Fabius il y a quelques mois, avec des scientifiques, pour constater le déplorable état des glaciers du Spitzberg : « Nous allons vers un Chaos climatique ». Il faut savoir qu’auparavant tous les gouvernements avaient reçu le dernier rapport de l’OMM (Organisation Météo Mondiale), qui est tout simplement catastrophique…

Je vais vous conter une petite histoire qui suffit à elle seule. En 1995, le DG de météo-France, un scientifique de haut vol dirigeant auparavant le spatial, envoya un courrier à tous les patrons de stations météo pour dire de ne pas parler de réchauffement climatique, puisque prématuré. Pour ma part, étant du genre insoumis, j’ai enfoncé le clou invitant des gens pour l’après l’an 2000 et constater, pour dire aussi, lors de discussions, aux responsables de stations de sports d’hiver de Savoie que les investissements en dessous de 2000 mètres étaient compromis. Puis en juin 2003, proche de la retraite, notre DG fit sur France-Inter une prestation d’un pessimisme effrayant. Etrange évolution en huit ans… Mais de même aujourd’hui, les technocrates de Météo-France ne parlerons pas de réchauffement climatique, ils diront : « Nous constatons une forte élévation de la température de l’eau de mer en Méditerranée… ».

Le point de non-retour, c’est 2020 paraît-il ! Pour l’heure, une majorité de chefs d’Etats n’ont pas l’air de bien prendre la mesure du drame qui se prépare, préoccupés de puissance, de nationalisme, avec des systèmes (tous) assoiffés de productivisme et de rentabilité.

Et puis, l’inertie des esprits n’étant pas un vain mot, où sont tous ces affreux qui, il y a 20 ans, n’avaient pas de mots assez durs pour les écologistes dont les mises en gardes sont aujourd’hui justifiées. Pour certains, c’étaient des gauchistes voulant remettre en cause un choix de civilisation suicidaire. Pour d’autres, l’écologie était « une préoccupation de petits-bourgeois ». Et pour des technocrates rétrogrades et démagogues, assis sur leurs diplômes, les écologistes étaient des arriérés mentaux voulant refaire vivre le peuple à la bougie. Si, si, c’est vrai ! j’ai même des noms… Difficile d’être plus con !

Aujourd’hui, tout le monde est pour la défense de l’environnement, presque, sauf les industriels, les pétroliers, l’agriculture intensive, les transporteurs routiers qui veulent continuer de polluer, sans oublier les multinationales du bois détruisant les forêts tropicales, pourtant l’un des moteurs de l’atmosphère. Et, j’allais oublier, tout le monde est pour le développement durable, cette tarte à la crème qui permet d’endormir, bien maigre réponse aux problèmes que les Etats vont avoir. Les catastrophes s’accumulant, les assureurs (dans nos pays développés) ne voudront plus assurer les régions à risques, sinon à quel prix, certains petits et moyens pays seront économiquement sur le cul, et des populations entières seront déplacées, etc… Que diront de nous nos petits-enfants en 2050 ?

Pour terminer, je vais paraphraser Patrick Chamoiseau, écrivain martiniquais et prix Goncourt: Là, où l’Amérindien verra dans un arbre plus que centenaire un être vénérable et respectable en relation avec tous les êtres de la forêt, l’Occidental verra le cubage de planches qu’il pourra tirer. Là est notre malheur ! Sachant, que l’Occident n’est plus un coin du monde, ni une coloration de peau, mais une pensée de prédation sur la Vie élaboré il y a cinq siècles… Je pense aux Océaniens et aux Amérindiens qui n’ont jamais pollué la terre, eux, dont la pensée de relation fut moquée par ceux qui veulent encore maîtriser le monde.

Amicalement,  Pierre Souhaité »

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>