Jan 31

Nouvelles technologies information : l’accès se généralise, l’usage plafonne, les inégalités demeurent

Les Français sont entrés dans l’ère des technologies de l’information et de la communication il y a 20 ans. Aujourd’hui, 95 % des plus de 12 ans sont équipés d’un téléphone mobile selon le Crédoc (données 2018), contre 11 % en 1998, rapporte le centre d’observation de la société.

76 % disposent d’un ordinateur et 86 % d’un accès à Internet fixe, contre respectivement 23 % et 4 % en 1998. La France est l’un des pays les mieux équipés au monde. On assiste toutefois aujourd’hui à un plafonnement. L’observation des données permet de dresser de dégager quatre grandes tendances.

1- La fin annoncée du téléphone fixe

La vidéo et la musique en ligne sont en train de faire disparaître progressivement des salons les lecteurs DVD et CD. C’est aussi le cas du téléphone fixe.   Il est remonté du fait de l’essor de la téléphonie via Internet (les « box ») jusqu’au milieu des années 2010

2- Tous équipés de téléphones mobiles, de moins en moins d’ordinateurs

Le téléphone mobile équipe la quasi-totalité de la population (95 %). Comme la télévision et le téléphone hier, les nouvelles technologies transforment les usages, de l’écoute de la musique aux achats, en passant par l’accès à l’information ou aux jeux.

L’équipement en ordinateur (76 %) a perdu cinq points depuis 2013. L’ordinateur classique est de moins en moins utile pour l’usage le plus commun qui en est fait à la maison, la communication.   A l’avenir, il est probable que l’équipement en ordinateur domestique restera pour l’essentiel destiné aux jeunes dans le cadre de leurs études ou pour jouer, ainsi qu’à un usage professionnel pour les cadres. Aujourd’hui, 90 % des cadres sont équipés contre 70 % des ouvriers chez qui le taux a perdu 13 points depuis 2015.

3- Les inégalités d’accès se réduisent, mais les exclus du numérique demeurent

La principale fracture face au numérique reste l’âge mais elle s’amenuise vite, les plus âgés s’équipant progressivement. 81 % des 60-69 ans se connectent à Internet, quatre fois plus qu’en 2006. Les inégalités d’accès diminuent aussi entre catégories sociales : les ouvriers sont quasiment autant connectés à Internet que les cadres (96 % contre 99 %). Le niveau de vie n’est plus, lui non plus, un clivage majeur.

En attendant, les oubliés du numérique restent nombreux. 12 % de la population ne se connecte jamais à Internet, soit environ 5,7 millions de personnes. En dépit des progrès, les plus âgés en demeurent éloignés : 42 % des plus de 70 ans et 45 % des personnes non diplômées ne sont pas connectés à Internet. Comme pour le livre ou la télévision, c’est de plus en plus l’usage qui sépare les populations. 40 % de la population (81 % des plus de 70 ans) n’utilisent pas les réseaux sociaux virtuels (Facebook, Twitter, etc.). Un tiers de la population n’a jamais effectué de démarche administrative en ligne. C’est le cas de 70 % des non-diplômés contre 10 % seulement des diplômés du supérieur. La large diffusion de nouvelles pratiques rend l’intensité de l’exclusion d’autant plus forte.

4- Les limites du « Net » sont-elles pour bientôt ?

Plusieurs éléments laissent à penser que l’Internet commence à atteindre ses limites. Premièrement, la part de personnes qui se connecte à l’Internet plafonne depuis quatre années autour de 90 %.  Une partie de la population, des plus jeunes et des plus âgés en particulier, n’a pas besoin d’être connectée. Une partie le souhaiterait mais n’en a pas les moyens ou ne sait pas comment s’y prendre. Avons-nous atteint un maximum ?

Il en est de même pour les pratiques. En 2019, la part des personnes qui ont participé à un réseau social (60 %) est au même niveau qu’en 2017. En 2018, la proportion de ceux qui avaient effectué des démarches administratives en ligne avait plafonné.   La complexité de l’usage et les problèmes de confidentialité posent des difficultés à une partie des utilisateurs. Le pourcentage de ceux qui ont effectué des achats en ligne augmente moins vite qu’auparavant. Il n’a progressé que de 60 % à 63 % entre 2016 et 2019. Difficile de savoir où se situent les frontières du commerce à distance et dans quelle mesure nous avons besoin et envie de voir physiquement les objets, mais aussi celui ou celle qui les vend.

Partagez cet article :

(3 commentaires)

    • CLERADIN on février 20, 2020 at 9:56
    • Répondre

    Bonsoir Monsieur le Maire,
    C’est avec grand intérêt que je prends connaissance de votre article.
    Je me permets de souligner une autre problématique du numérique : l’illectronisme
    Plus d’ un usager sur trois manque de compétences numériques de base. Mais utiliser Internet ne suffit pas pour maîtriser les fondamentaux du numérique. Ainsi, 38% des usagers apparaissent manquer d’une compétence numérique dans au moins un de ces domaines : la recherche d’information, la communication, l’utilisation de logiciels et la résolution de problèmes. 2% ne savent pas utiliser un ordinateur, même s’ils ont l’équipement nécessaire.
    Selon l’étude de l’INSEE, la dématérialisation de l’administration accroît le risque de non-recours aux droits et d’exclusion pour les personnes concernées.
    Sur le territoire seinomarin, il n’existe quasiment pas de structure d’accueil permettant à nos concitoyens d’être aidés et formés à l’usage de ces outils et des sites de l’E-administration.
    Je pense qu’il faudrait mettre en place des permanences d’accompagnement dans différentes structures telles que mairie, CCAS, salle des fêtes, association de retraités, bureau de poste, etc… afin de réduire cette fracture qui ne va cesser de s’accroître à très terme.
    C’est un projet qui me tient à coeur. Aussi, je contribue, à ma hauteur, à réduire l’illectronisme en aidant bénévolement des particuliers.
    Peut-être, seriez-vous intéressé d’en discuter ?
    Sentiments respectueux
    Valérie CLERADIN

    1. Je partage votre souci voir : http://dominiquegambier.fr/2019/11/lillectronisme-illetrisme-electronique-peut-accroitre-la-vulnerabilite-sociale-face-a-la-dematerialisation/

      Nous avons mis en place avec le départements des permanences à titre expérimentale avec le bus numérique, qui se tiennent dans une salle municipale pour accompagner les personnes dans leurs démarches administratives numériques ; par ailleurs nous avons mis en place des séquences de 10 séances pour l’apprentissage du numérique sous toutes ses formes dans le cadre des ABCD (voir le site de la commune )

      Tout à fait disponible pour en discuter ; c’est un des points de nos engagement pour les 6 ans qui viennent dans le cadre des élections

    • CLERADIN on février 21, 2020 at 1:33
    • Répondre

    Monsieur le Maire,

    Je vous remercie d’avoir pris connaissance de mon commentaire et d’y avoir répondu si rapidement.
    Effectivement, vous être très sensibilisé par rapport à ce problème (j’ai consulté votre article et les liens internet y afférent).
    Je suis ravie d’apprendre que la fracture numérique est un des points de vos engagements pour les 6 années à venir et que vous êtes ouvert à la discussion à ce sujet.
    Dans cette période d’élection, vous devez avoir un emploi du temps plus que chargé. Aussi, pourrions-nous nous rencontrer début avril pour échanger?
    Sentiments respectueux.
    Valérie CLERADIN

Répondre à admin Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.