Oct 24

Face à la crise : la puissance publique !

La crise aujourd’hui, quelles qu’en soient les formes, immobilières, financières, économiques, sociales, montre à l’évidence que les marchés non régulés, sont rapidement déstabilisés, et n’ont aucune vision de long terme.

Il ne s’agit pas de refuser le marché mais de le réguler, et le rôle de la puissance publique est essentiel. Pour autant cette revalorisation de la puissance publique ne doit pas signifier le retour au « tout Etat», à l’omniprésence de la loi, ou au protectionnisme. Dans un contexte de globalisation, de crise environnementale…le retour de la puissance publique doit être,au delà du rôle nécessaire de l’Etat et de la loi :

– Plus de décentralisation car la Région est le bon échelon pour l’innovation, la création d’entreprises…

– Plus d’Europe et de régulations internationales : face à des marchés mondialisés, il faut des règles mondiales !

– Plus de négociation sociale pour modérer l’uniformisation de la loi

Rien ne serait pire pour une gauche moderne de considérer que la crise actuelle doit conduire aux recettes d’avant 1981 !! C’est un des enjeux actuels pour les Socialistes lors de leur prochain congrès , face de à une conjoncture qui montre les échecs du libéralisme, de proposer une alternative crédible, en phase avec notre temps !

Partagez cet article :

(1 commentaire)

    • pierre on octobre 25, 2008 at 5:18
    • Répondre

    Qui a dit :
    « Il parait malvenu d’augmenter les taxes sur les stocks options si l’on veut lutter contre ce phénomène de délocalisation,d’autant plus que,comme les personnes, les entreprises sont libres d’installer leurs sièges sociaux où elles veulent. Si le niveau de taxation sur les stocks options devenait dissuasif, ce serait une faute »
    Laurent FABIUS , Libération du 14 avril 2000

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.