Fév 02

La Région Haute-Normandie, une « Région coopérative »

La transmission / reprise d’entreprises est un enjeu économique important, surtout compte tenu de l'augmentation du nombre de dirigeants en âge de partir à la retraite. En Haute-Normandie, près de 11000 seniors sont à la tête de petites entreprises (principalement dans l'industrie et les transports).

Pour redynamiser un tissu économique territorial parfois fragilisé, tout en encourageant la montée en puissance au niveau régional de modèles économiques innovants, privilégiant l'humain et la solidarité, la Région Haute- Normandie a mis en place un nouveau dispositif d’aide : Région coopérative.

Parce que le rachat par des salariés constitue souvent la solution pour ancrer l'activité économique et les emplois sur le territoire, la Région a décidé d'encourager la création et la reprise d'entreprises par des salariés sous forme coopérative. Ce nouveau dispositif consiste à verser une aide aux créateur-repreneur à la suite d’une transmission ou d’une liquidation qui engage au moins 1/3 des salariés de la société nouvellement créée.

« Grâce à cette aide, la collectivité régionale stimule la dynamique économique hautnormande. Elle s’engage également à conserver les commerces et services marchands de proximité qui constituent un élément essentiel de la vie quotidienne des habitants et représente près d´un emploi sur quatre de l´économie régionale. Lorsque qu’un commerce ou un service de proximité disparait, c’est la qualité de vie et l'attractivité d'une commune qui peut être affectée. Le dispositif "Région coopérative" permet de soutenir un tissu local parfois fragile ».

Pour un euro investi dans le capital de la société (société coopérative de production – SCOP, société coopérative d'intérêt collectif – SCIC), les salariés bénéficient d'un apport financier équivalent, l’aide régionale est plafonnée à 5 000 € par salarié et à 100 000 € par entreprise créée ou reprise. Le projet est accompagné par un organisme habilité par la Région (avant et un an après la création). Le dispositif, opérationnel depuis le 1er janvier 2011, dispose d’une enveloppe de 300 000 € pour l’année 2011.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.