Mar 30

Pourquoi les Grands Réseaux de Recherche en Région ?

Depuis plusieurs années, la politique régionale de la recherche s’est organisée  en Haute Normandie, autour de ce que l’on appelle les GRR.

Les 6 Grands Réseaux de Recherche (GRR), structurés en 12 réseaux ou programmes, donnent une image forte et lisible du potentiel scientifique et technologique de la région Haute-Normandie:

– Énergie – Électronique – Matériaux (3 réseaux) EEM

– Chimie – Biologie – Santé (5 réseaux) CBS

– Sciences de l'Environnement – analyses et gestion des Risques SER

– Transport – Logistique – Technologies de l’Information TL-TI

– Végétal – Agronomie et Transformation des Agro-ressources VATA

– Culture et Société en Normandie

Chaque réseau comporte des laboratoires, des centres de transfert de technologie, des plateformes. Ces Grands Réseaux de Recherche représentent en Haute Normandie, près de 3 000 femmes et hommes, chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs et doctorants. Un Grand Réseau de Recherche (tout comme les réseaux de recherche, qui en sont la déclinaison opérationnelle) est constitué d’un ensemble d’équipes de recherche ou de technologies complémentaires qui met en œuvre les axes thématiques d’un programme scientifique sur 7 ans. Ce programme scientifique a reçu une expertise favorable au plan national.

L’objectif visé est de faire converger tous les moyens, de l’Europe, de l’État et de la Région, pour impulser à la recherche haut-normande une dynamique partenariale, avec des conditions de performance accrues, en lui permettant d’accroître les effectifs de chercheurs, d’ITA et doctorants à l’horizon 2013. On retrouve la, tout ce qui fait la force de ces GRR :

-La mise en commun des forces : parmi celles-ci figurent les équipements, qui sont regroupés et articulés en services communs. L’effet réseau fonctionne également pour atteindre des effets de seuils nécessaires pour monter des opérations de plus grande envergure, comme par exemple dans le domaine des nanosciences, l’acquisition ou des bâtiments Biologie-Biomédical B², Campus Intégration des Systèmes Electroniques , Extension du CERTAM, projet de Serres)

-La définition d’une stratégie concertée au sein de chaque GRR favorisant la pluridisciplinarité. A cet égard le GRR Sciences de l’Environnement et Risques est exemplaire, réussissant à associer des disciplines très nombreuses (biologie, chimie, géologie, économie, STAPS etc.) pour positionner la Seine et son Estuaire comme site atelier de référence.

– Une approche régionale au delà des limites des établissements, préfigurant les PRES, s'inscrivant dans les thématiques de référence en Haute-Normandie, industrielle (filières industrielles) ou à travers des grands sujets d’intérêt régional (environnement, La seine, le travail…)

– La possibilité de faire émerger des thématiques de recherche nouvelles, bien intégrées dans les réseaux constitués, ou entre ces réseaux et laissant une place aux programmes d’intérêt régional

-L’inscription, après expertise nationale, dans des programmes d’activités pluriannuels établis à l’échelle des grands réseaux et construits autour des thématiques clés,

– La création d’interfaces, aval et amont, pour gérer le continuum du fondamental à l’appliqué, en rassemblant des équipes et des thématiques de recherche fondamentale et plus appliquée (en lien avec les dispositifs de soutien à l’innovation ou l’agence de l’innovation, Seinari). Le GRR Energie, Electronique, Matériaux peut être cité à titre d’exemple du continuum permanent entre la recherche fondamentale et ses applications, grâce notamment à des centres de transfert de technologie qui jouent leur rôle d’interface et à des filières industrielles organisées (ex : le Label Carnot, le pôle de compétitivité Moveo…)

Chaque année, près de 100 projets, de dimensions diverses sont menés dans le cadre des GRR et de leurs thématiques grâce à la volonté et au soutien financier de la Région Les GRR se structurent avec une coordination administrative et scientifique, un Comité scientifique représentatif des axes thématiques et des partenaires principaux du GRR, un Comité d’orientation/pilotage , des ateliers, séminaires thématiques ou toute autre forme de rencontre entre les partenaires du GRR. Les partenaires du GRR (laboratoires et centres de recherche et de technologie, publics principalement, mais aussi privés et entreprises) proposent et discutent ainsi des projets/actions à réaliser afin de mener à bien les objectifs scientifiques du GRR.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.