Jan 16

Engager un vrai débat sur l’énergie, à partir des faits, sans tabou ni préjugé idéologique

EnergieDirective Européenne, Débat national sur l’énergie… nous entrons dans une période ou la question énergétique va être sur le devant de l’actualité. Au delà des polémiques de l’instant, je vous propose plusieurs documents apportant des éléments sur le fond.

Avec l’adoption de la directive sur l’efficacité énergétique l’Union européenne s’est  dotée, au moins en théorie, des moyens nécessaires pour atteindre l’objectif de réduction de 20 % de sa consommation d’énergie en 2020. Outre la transposition de la directive, les États membres devront prendre d’ici au 30 juin 2014 , une série de dispositions qui feront l'objet d'un examen par la Commission afin de déterminer si l'ensemble des mesures permet à l’UE d’atteindre ses objectifs et, dans le cas contraire, prendre des mesures complémentaires.

D’abord deux avis du Conseil économique et social s’inscrivent dans ces réflexions :

– Sur l’efficacité énergétique : un gisement d'économies, un objectif prioritaire, car c’est la première source d’énergie sur laquelle on peut agir. Nous ne pouvons pas continuer à ce que» chaque génération double sa consommation d’énergie par rapport à la précédente ». Ceci ne concerne pas que le bâtiment mais aussi les transports pour lesquels beaucoup de progrès restent possibles. L’augmentation du prix de l’énergie en fait un levier d’augmentation du pouvoir d’achat, et donc un retour sur investissement pertinent. l'objectif de 20% d'économies d'énergie à l'horizon 2020 au niveau européen doit devenir contraignant.

– Le CESE a rendu ses préconisations sur la transition énergétique 2020-2050 : un avenir à bâtir, une voie à tracer. Pour le CESE la transition énergétique doit être une réponse aux enjeux climatiques, écologiques, économiques et sociaux. Elle consiste à s’engager de manière volontariste dans la voie d’une société sobre en énergie et en carbone que seule une volonté politique forte permettra de construire. Cette démarche de long terme suppose une certaine stabilité des politiques publiques favorables à l’investissement.

Terra Nova s’inscrit également dans ce débat :

– Avec une note sur la conduite de la transition énergétique Cette note plaide pour une transposition ambitieuse de la directive par la France, en formulant une série de mesures qui lui permettront d'être à la pointe de la conduite de la transition énergétique au niveau européen.

– et une autre sur le Financement des énergies renouvelables. Le développement des énergies renouvelables est essentiel dans la transition énergétique, pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Cette note propose plusieurs pistes pour financer à moindre coût les énergies renouvelables, et obtenir ainsi une baisse de 30 % du prix de l’électricité verte : l’instauration d’un cadre réglementaire stable, pour protéger ce secteur de l’imprévisibilité des modifications de tarifs ; la création d’un fonds ou d’une banque spécialisée offrant un financement à moindre coût, à l’instar de la KfW allemande ; la création d’un fonds de garantie pour limiter le coût du risque.

– Enfin Terra Nova se penche sur un chantier majeur de la maîtrise de la consommation d'énergie : la rénovation énergétique des logements. Cette note plaide pour des mesures et une action publique permettant d'orienter les acteurs vers un immobilier durable, à travers notamment la mise en place d'un service public de la performance énergétique très opérationnel, une véritable fiscalité verte permettant une large prise de conscience, des outils de financement efficaces et pérennes.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.