Oct 01

Elections en Lettonie : un contexte de forte inquiétude et de tension avec la Russie

lettonieComme le prévoit la loi électorale, les Lettons se rendront aux urnes le 1er samedi du mois d’octobre prochain, soit le 4, pour renouveler les 100 élus de la Saeima (parlement). 1 156 candidats, dont 380 femmes, issus de 13 partis politiques ont été enregistrés pour ce scrutin.

 La campagne électorale a véritablement débuté, selon une note de la fondation Schuman,  le 27 novembre 2013 lors de la démission du Premier ministre Valdis Dombrovskis (Unité, V) consécutive à l’effondrement du toit d’un supermarché de la chaîne Maxima à Zolitude, quartier de Riga, qui avait fait 54 morts et 39 blessés 6 jours plus tôt. Le gouvernement avait déclaré 3 jours de deuil national après ce drame, le pire qu’ait connu la Lettonie.

 La Lettonie a une croissance de 4,6%. Même s’il est en baisse, son taux de chômage reste élevé (8,6%) et les salaires faibles. Riga a adopté la monnaie unique le 1er janvier. L’euro devrait aider les entreprises, augmenter les investissements et contribuer au relèvement de la note de la dette souveraine. Il a cependant été difficile pour les Lettons de renoncer au lats, monnaie nationale réintroduite en 1993,considérée comme un signe de renaissance nationale et constitutive de l’identité du pays.

 Les 100 membres de la Saeima sont, depuis 1998, élus pour 4 ans au scrutin proportionnel selon la méthode de Sainte-Lagüe. Les électeurs se prononcent pour une liste mais peuvent inscrire un + ou un – près du nom des candidats(es) de leur choix au sein de cette liste pour les promouvoir ou pour les exclure. Un parti politique doit recueillir au moins 5% des suffrages exprimés pour être représenté au Parlement.

La Lettonie est le seul pays de l’Union européenne à ne pas disposer de législation sur les subventions accordées aux partis politiques. Par conséquent, la forte dépendance envers les oligarques, voire envers les financements venus de l’étranger, constitue l’un des principaux problèmes du pays.

drapêau letton5 partis politiques sont représentés dans l’actuelle Saiema:

– le Centre de l’harmonie (SC), principal parti d’opposition de gauche   (31 sièges) ;

– le Parti de la réforme (R), membre du gouvernement sortant, créé par l’ancien président de la République (2007-2011) Valdis Zatlers le 23 juillet 2011 et dirigé par Vjaceslavs Dombrovskis. Il avait remporté 22 sièges lors du dernier scrutin législatif mais a connu 6 défections au cours de la législature et n’en possède plus que 16 ;

– Unité (Vienotiba, V), de la Premier ministre sortante Laimdota Straujuma conduit par la président du parlement Solvita Aboltina, possède 20 sièges ;

– l’Alliance nationale réunit l’Union pour la patrie et la liberté (TB/LNNK), dirigée par Gaidis Berzins, et Tous pour la Lettonie (VL), conduit par Ratvis Dzintars. Membre du gouvernement sortant, elle compte 14 députés ;

– l’Union des Verts et des paysans (ZZS), membre du gouvernement sortant, présidée par Raimonds Vejonis, possède 13 sièges.

Selon la dernière enquête d’opinion réalisée par l’institut Latvijas Fakti et publiée le 5 septembre, le Centre de l’harmonie arriverait en tête du scrutin

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.