Déc 17

Les nouveaux indicateurs de richesse

imagesGC4AG71IVoici la première édition d’un exercice nouveau en France : un débat, avec les parlementaires et de nombreux Français, sur la définition de la croissance. Comment la mesurer ? Peut-on s’accorder sur une définition commune ou bien s’agit-il d’une notion subjective. C’est un sujet que nous avons souvent évoqué ici, à travers les limites de l’indicateur du PIB.

La loi du 13 avril 2015 visant à la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques prévoit la remise d’un rapport annuel du Gouvernement au Parlement. Celui-ci a notamment pour objet de présenter l’évolution, sur les années passées, de nouveaux indicateurs de richesse, tels que des indicateurs d’inégalités, de qualité de vie et de développement durable.

 Le premier rapport se base sur les résultats de la consultation citoyenne conduite au printemps 2015 par France Stratégie et le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Cette consultation a permis d’identifier dix indicateurs pour compléter le PIB : taux d’emploi, effort de recherche, endettement, espérance de vie en bonne santé, satisfaction dans la vie, inégalités de revenus, pauvreté en conditions de vie, sorties précoces du système scolaire, empreinte carbone, artificialisation des sols. Les indicateurs sélectionnés sont cohérents avec la stratégie pilotée par la Commission européenne (dite « Europe 2020 ») en faveur d’une croissance « intelligente », « soutenable » et « inclusive ».

Selon la loi du 13 avril 2015, le rapport présente par ailleurs « une évaluation qualitative ou quantitative de l’impact des principales réformes engagées l’année précédente et l’année en cours et de celles envisagées pour l’année suivante, notamment dans le cadre des lois de finances, au regard de ces indicateurs et de l’évolution du produit intérieur brut ».

Plusieurs évaluations sont ainsi présentées dans ce rapport : Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et Pacte de responsabilité et de solidarité (Volet entreprises), Pacte de responsabilité et de solidarité (Volet ménages) et mise en place d’une prime d’activité, Plan Très haut débit, Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, réforme du collège, loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Bien entendu, il va falloir du temps pour mesurer l’impact de cette loi, vu que les indicateurs viennent tout juste d’être établis. Mais cela a dessiné la base de futurs travaux, notamment de recherche. Leur défi sera de développer des modèles théoriques qui feront le lien entre les indicateurs et les politiques. Un peu comme pour le PIB dans les décennies qui ont suivi sa création.

Un autre élément très important, c’est qu’à terme ces indicateurs puissent être utilisés par les communes et les régions pour évaluer l’impact de leurs politiques au niveau local. Les différents ministères pourront également les utiliser pour évaluer leurs actions.

 

Le rapport en question

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.