Jan 22

Aujourd’hui, l’Allemagne et la France célèbrent la Journée franco-allemande!

SOURIS-ALLEMAGNE-DRAPEAUX-cb269Ce Vendredi 22 janvier, l’Allemagne et la France célèbrent la Journée franco-allemande. Dans les établissements scolaires, les instituts culturels ou simplement dans la rue, nombreuses seront les manifestations invitant à découvrir le pays voisin. Avec bien des découvertes à la clé !

Pourquoi le 22 janvier ?

La date du 22 janvier commémore la signature du Traité de l’Élysée, le 22 janvier 1963, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Dix-huit ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le président français et le chancelier allemand y scellaient l’amitié entre la France et l’Allemagne. Ils ouvraient une nouvelle ère dans les relations franco-allemandes.

Le Traité de l’Élysée ne se contentait pas d’approfondir la coopération entre les deux pays sur le plan politique et économique. Il portait l’ambition d’ancrer la réconciliation franco-allemande au sein-même de la société, en particulier par le biais de la culture et des échanges de jeunes. Il est à l’origine de la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) qui permet chaque année à quelque 200 000 jeunes d’effectuer un séjour dans le pays voisin.

La création d’une Journée franco-allemande annuelle a été décidée en 2003, lors du 40e anniversaire du traité.

Il existe   mille et une façons de célébrer et d’approfondir les liens entre Français et Allemands. Le 22 janvier, l’imagination sera au pouvoir ! Cette année encore, les idées originales n’ont pas manqué.

À la frontière franco-allemande, par exemple, la Falkenhausenschule de Kehl a décidé d’inviter des élèves de Strasbourg, seulement séparés par un bras du Rhin, à une soirée pyjamas allemande, suivie d’un petit déjeuner français.

À Toulouse, la mobiklasse propose aux élèves un atelier divertissant intitulé « Inventons notre chanson franco-allemande ». Il sera animé par la chanteuse Mélinée, une enfant de la ville qui réside actuellement à Berlin.

Dans beaucoup de villes, la découverte de l’autre ira aussi de pair avec des plaisirs gustatifs. Sur la Place Gambetta d’Amiens, par exemple, le public peut goûter jusqu’au 23 janvier le fruit d’un échange culinaire entre des lycéens de la ville et leurs camarades du Schleswig-Holstein. « L’éclair à la rencontre du Berliner » – ainsi s’intitule cette initiative. Les lycéens se sont mutuellement envoyé la recette de la pâtisserie phare de leur pays pour qu’ils la réalisent et l’offrent aux passants.

Enfin, à Rillieux-la-Pape, ce sont les marionnettes traditionnelles qui permettront de nouer le contact. « Guignol » et son double allemand « Kasperl » animeront un spectacle commun à l’Espace Baudelaire samedi 23 janvier. S’il n’est pas utile de parler allemand pour y assister, nul doute que chacun rentrera chez lui en ayant appris quelques mots…

Découvrez toutes ces initiatives sur le site de l’OFAJ, ici même

À tous ceux qui organisent ou qui participent à ces manifestations, l’ambassadeur d’Allemagne en France, M. Nikolaus Meyer-Landrut, a envoyé un message sur Internet.

« Face à la gravité des défis contemporains, un demi-siècle d’amitié et de coopération franco-allemandes sont un trésor à faire fructifier », a-t-il souligné. « Parler du pays voisin, susciter l’envie de le découvrir et transmettre des liens vivants d’amitié aux nouvelles générations est la meilleure façon de préparer l’avenir de l’Europe ».

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.