Août 03

Jeux Olympiques au Brésil : traditions et nouveautés, sports et politique

rioDu 5 au 21 aout 2016, se dérouleront les 31èmes Jeux Olympiques au Brésil . Madrid, Chicago, Tokyo,  Bakou Doha, Prague, étaient en lice en 1988, mais le choix  de Rio de Janeiro a été finalement retenu. Ces Jeux olympiques d’été seront les premiers à se dérouler en Amérique du Sud.

Les  Jeux Olympiques sont l’événement sportif le plus suivi au monde : plus de 10000 athlètes de 206 Comités nationaux olympiques (CNO) participent à cet événement sportif. De grands moments attendus : avec  un record mondial au 200m d’Usain Bolt, déjà 6 fois médailles d’or ? une nouvelle victoire de Teddy Riner, notre porte drapeau national ? …

 Les Jeux comportent 28 sports – dont le rugby à sept et le golf, ajoutés par le CIO pour ces jeux.

Le golf est de retour dans les disciplines olympiques avec une absence de plus de 100 ans ! En effet, le golf a déjà été un sport olympique en 1900 et 1904.

Le rugby à sept fait également partie des disciplines olympiques de Rio après avoir été évincé du programme olympique suite aux jeux Olympiques de 1924, considéré à ce moment comme un sport trop violent pour les JO. Contrairement au rugby à 15, Le rugby à sept est plus court que le rugby à 15 et  promet sans aucun doute des matchs spectaculaires et palpitants.

  1.  Le CIO (Comité international olympique) a annoncé la création d’une « équipe des athlètes olympiques réfugiés ». Cette équipe  est constituée d’athlètes qui ne peuvent pas faire partie d’aucune équipe nationale à cause de leur statut de réfugié, mais qui sont susceptibles de se qualifier aux Jeux olympiques de Rio. Les athlètes défileront également à la cérémonie d’ouverture sous le drapeau olympique avec des uniformes fournis par le CIO.

 Yonas Kinde est éthiopien, et il a obtenu l’asile au Luxembourg en 2013. Mais grâce à sa performance au marathon de Francfort, il a atteint les standards nécessaires pour la qualification.

Deux judokates congolaises ont également dépassé la phase de qualifications. Popole Misenga et Yolande Mabika s’entraînent à Rio depuis qu’ils y ont demandé l’asile lors des championnats du monde qui s’y sont déroulés en 2013.

Ramis Anis, un nageur syrien, a aussi dû arrêter les compétitions pendant les cinq années de guerre en Syrie. Il s’entraîne en Belgique depuis 2016 et va concourir pour le 100 mètres papillon ! Yusra Mardini, une jeune nageuse syrienne, de 17 ans,  s’entraîne en Allemagne.

La moitié  enfin  de ces athlètes vient du Sud-Soudan :ils ont dû fuir à cause du conflit qui a secoué le pays dans les années 2000, et  ont ensuite vécu des années au Kenya. Là-bas, ils ont été recrutés par la fondation de Tegla Loroupe, une triple médaillée olympique kenyanne qui est également devenue ambassadrice des Nations Unies et qui a joué un rôle décisif dans la création de cette équipe.

Mais les jeux olympiques concentrent toujours une forte dimension politique : cette fois ci plusieurs aspects n’en seront pas absents :

 –  La question du Dopage avec dans le viseur le « dopage d’Etat » en Russie qui lui vaut l’exclusion d’un certain nombre d’athlètes.

–   La question de la Sécurité liée au Terrorisme mais aussi liée à des tensions intérieures au Brésil

–   La Situation intérieure du Brésil avec la situation paradoxale de sa Présidente Dilma Rousseff

Mais l’épidémie de fièvre Zika ne peut pas non plus être oubliée

Le site du CNOSF

Les médailles françaises aux jeux olympiques

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.