Mar 27

Faut-il un « service national » obligatoire d’une durée d’un mois pour tous ?

Les menaces qui pèsent sur notre société doivent nous conduire à renforcer le lien entre la nation et ceux qui la protègent, pour renforcer la cohésion républicaine et  développer un esprit commun de défense.

C’est pour cela qu’Emmanuel Macron propose  un «service national» obligatoire d’une durée d’un mois pour tous .

Il s’adresse à tous les jeunes , hommes ou femmes ,aptes, de toute une classe d’âge,  soit environ 600 000 jeunes par an.

Ce temps de service militaire universel devra intervenir dans les trois ans suivant le 18e anniversaire de chacun

Ce service national universel sera  encadré par les armées et la gendarmerie nationale, mais son caractère obligatoire ne fera pas obstacle à la prise en compte de l’objection de conscience pour ceux qui refusent le maniement des armes

Ce Service universel sera l’occasion pour tous les jeunes français de recevoir une formation militaire élémentaire : discipline et autorité, connaissance des priorités stratégiques du pays, activités physiques et sportives

Il permettra d’apprendre les gestes d’urgence, qui sauvent, et les  conduites à tenir en cas d’attaques terroristes ou de catastrophes naturelles, ;

il permettra de faire un bilan de santé et de détecter les difficultés scolaires et notamment l’illettrisme, afin de proposer les mises à niveau nécessaires

L’accès aux métiers militaires ou à la garde nationale sera facilité en fin de période.

Ce sera l’occasion d’une façon générale l’occasion d’une expérience de la vie collective tous milieux sociaux confondus et l’engagement citoyen .

Cette orientation fera l’objet d’une concertation avec tous les partenaires concernés, pour en préciser les conditions de mise en œuvre, et  bien l’articuler avec le service civique , et pour s’inscrire dans un projet de loi fin 2017

Ce service national «permettra aussi de disposer, en cas de crise, d’un réservoir mobilisable complémentaire de la Garde nationale»,

Son financement est prévu dans le chiffrage global du programme ,au-delà de l’enveloppe de 2% prévue pour la programmation militaire, car ce service universel est indépendant du renforcement programmé de la défense

Le service militaire obligatoire avait été supprimé en 1997 par Jacques Chirac, qui souhaitait alors «professionnaliser» les armées.

Hamon s’est  déclaré opposé à cette proposition,  contrairement au patron du PS qui, lors d’une conférence de presse   pour présenter le programme du PS, le 29 novembre 2016, avait déclaré : « les conditions requises par la loi pour rétablir la conscription semblent pour la première fois depuis 20 ans réunies». Mélenchon, lui, promet de mettre en place ce qu’il appelle un service national, là aussi obligatoire, mais soit sous forme militaire, soit sous forme civique, selon les souhaits de chacun.

Partagez cet article :

(1 commentaire)

    • Jean-Michel Thomas on mars 27, 2017 at 9:54
    • Répondre

    « discipline et autorité, connaissance des priorités stratégiques du pays, activités physiques et sportives  » n’ont rien à voir avec une « formation militaire élémentaire » dont le hut est de former des soldats, des combattants. Les cadres de l’armée n’ont pas pour mission de tenter de pallier les insuffisances et les echecs de l’Éducation nationale en donnant un vernis civique et en faisant découvrirr, en un mois, des notions d’ordre, d’effort, de dépassement de soi, de solidarité, de discipline, d’autorité et de respect. Un tel programme de formation n’à rien de « militaire  » même si l’esprit, le cadre général et la méthode pédagogique employés correspondent ā ceux de l’armée. Sęgolène Royal a depuis longtemps cette utopie : s’inspirer de méthodes militaires pour un but qui ne l’est pas. C’est une tromperie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.