«

»

Juil 03

Mélenchon et la France insoumise : quelques mots ou attitudes qu’on ne peut oublier !

La rentrée parlementaire a mis en avant des députés de la France insoumise , autour de Mélenchon, plus soucieux de se faire remarquer, de faire du buzz que de mettre en avant une politique alternative. Le buzz peut être utile s’il souligne des propositions ; il peut être dangereux s’il engage des dérives populistes ou s’il conduit à remettre en cause la légitimité des  institutions démocratiques.

D’abord Mélenchon découvrant l’hémicycle de l’Assemblée nationale,   remarque un drapeau européen, aux côtés du drapeau tricolore, Il ne peut s’empêcher de dénoncer ce beau symbole de l’union entre les peuples d’Europe:  » Hé franchement, on est obligé de supporter ça? demande le député en pointant le drapeau du doigt. Non mais attends, c’est la République française ici, c’est pas la Vierge Marie « , et d’ajouter  » Je comprends pas… Ce truc est pas constitutionnel. Parce qu’ils l’avaient mis dans le projet de constitution, tu sais le drapeau de l’Europe.  » Est-ce un virage souverainiste touchant à l’identitaire nationaliste ?

 Le nouveau Président de l’assemblée n’a pas manqué de lui répondre :. « J’ai aussi une pensée pour les miens, pour les valeurs que m’ont transmis mes parents et mes grands-parents. Directement victimes de la Deuxième Guerre Mondiale, ils m’ont transmis un engagement européen profond, qui me rend fier de siéger face à vous, devant ce drapeau européen », «  ce symbole d’une paix durable. Il y a toute sa place aux côtés de nos couleurs nationales ». Des propos qui ont provoqué des applaudissements nourris dans les travées du Palais Bourbon .

C’est ensuite François Ruffin qui proclame son intention d’être un « député au SMIC ». Quoi de plus terrible que de signifier ainsi, de manière insidieuse que tous les autres députés qui ne se plieraient pas à la même règle sont des privilégiés dont l’existence même devrait être insupportable au petit peuple?

 C’est un poison lent  qui   contribue à entamer le crédit des élus, à les délégitimer, à ruiner leur réputation.  C’est Reprendre pour son compte le  » tous pourris  » de l’extrême droite. Bah quoi Clémentine, Alexis et les autres vous allez vous gaver de vos émoluments d’élus de la nation, au lieu d’imiter le vertueux Ruffin ? « Non mais il ne vivra pas avec le Smic, François Ruffin. Il a d’autres sources de revenus. Il gardera l’équivalent d’un Smic sur sa pension de parlementaire », a corrigé un  autre député LFI Corbière

L’épisode du matheux, pour moquer l’inexpérience des députés macronistes, est tout aussi attristant. Mélenchon s’en  prend, avec un dédain incroyable,  à Cédric Villani, médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel de mathématiques :. »J’ai vu le matheux, je vais lui expliquer ce que c’est qu’un contrat de travail et il va tomber par terre ». Quelle  prétention de croire qu’il est le seul à savoir ! Belle réponse , plein d’humour, de l’intéressé :  « Cher @JLMelenchon, Directeur de l’IHP, j’en ai vu des contrats de travail… mais c’est tjs un plaisir de recevoir des cours particuliers ! »  

Puis c’est l’épisode de la cravate : Mélenchon  et ses collègues masculins Insoumis déclarent qu’ils ne porteront pas de cravate dans l’hémicycle. Un acte symbolique qui entend défier le code vestimentaire (officieux) en vigueur à l’Assemblée nationale :  « nous ne supportons pas que l’on nous indique de quelle manière il serait bienséant de se vêtir », a lancé le président du groupe LFI. « Nous nous sommes vêtus toute notre vie de manière bienséante, et nous continuerons à le faire, avec ou sans cravate ».

Provocation ? se faire repérer par les caméras le temps d’un journée ? prétention à représenter seuls le peuple ? refus de respecter la règle collective même si « aucune disposition du Règlement de l’Assemblée ne concerne la tenue des députés ? croire que le « pouvoir est dans la rue » ?  faire croire que l’Assemblée nationale n’est plus le lieu où s’exerce la souveraineté nationale ? confiscation politico-médiatique du rôle d’opposant numéro 1 par la France insoumise ? François Ruffin veut-il  devenir le Eric Zemmour du nationalisme de gauche dans les années qui viennent ?…

Le refus d’applaudir le Président de l’assemblée  ou  rester ostensiblement assis à son entrée, selon la tradition républicaine, relèvent  des mêmes interrogations.

Dans le temps, tout ceci décrédibilise les élus ou les institutions , et d’une certaine façon affaiblit la démocratie , encourage le populisme nationaliste que l’on voudrait combattre.

La communication ne remplace jamais le fond des politiques : c’est vrai au pouvoir comme dans l’opposition , et il devra faire autre chose pour garder un capital électoral !

« Les tenants autoproclamés de la cause du peuple », ont contesté le résultat des élections à partir du niveau élevé de l’abstention, oubliant que le taux d’abstention moyen de leurs 16 circonscriptions s’élève à 60,55 %. Un chiffre qui relativise légèrement les incantations sur le mouvement d’enthousiasme populaire soulevé par la France Insoumise !

Partagez cet article :

(2 commentaires)

  1. CHATAIGNER

    OK,ok, il devient horripilant ce mélenchon, donneur « sans scrupule » de leçons de démocratie et monsieur je sais tout… De fait, avec ses quelques adeptes, c’est la démocratie élective qu’il remet en cause. Avec 60,55 % d’abstention dans leurs territoires d’élection, ils ne manquent pas de culot… Le mieux c’est de les ignorer. MC

  2. Décroissant

    L’outrance est la marque de fabrique de Mélenchon, qui plus est, ce n’est pas récent, alors pourquoi s’en offusquer aujourd’hui alors que sa formation est ultra-minoritaire et sans poids dans la conduite des affaires publiques?
    Plus problématiques m’apparaissent les saillies répétitives récurrentes de notre président envers le petit peuple : illettrés bretons, gens du Nord alcooliques, le Kwassa-kwassa qui amène du Comorien ou les gens qui ne sont rien opposés à ceux qui réussissent : un florilège assez éloigné des valeurs socialistes.
    Et maintenant apparaissent les premiers reniements : le retrait abrupt de la France a permis l’adoption d’une définition européenne controversée et permissive des perturbateurs endocriniens, ou bien le report sine die de l’exonération de la taxe d’habitation pour cause de situation financière nationale plus difficile que prévue : comme un retour au même que l’on préférerait oublier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>