Avr 10

Les espérances de vie dans le monde se rapprochent

Tandis que les femmes et les hommes nés au début des années 1950 pouvaient espérer vivre en moyenne  47 ans, les personnes nées entre 2010 et 2015 pourront atteindre en moyenne l’âge de 70,8 ans selon les Nations Unies. L’espérance de vie   a progressé de plus de vingt années en 65 ans, rapporte l’Observatoire des inégalités.

Les inégalités se sont réduites : les populations des régions en développement ont vu leur espérance de vie augmenter de 27,4 années entre 1950 et 2015, pendant que les pays riches gagnaient moitié moins. L’écart entre les populations des régions développées et celle des régions les plus pauvres a diminué : de 23 années en 1950 à 9 ans en 2015. Malgré tout, l’espérance de vie des pays les plus pauvres n’atteint aujourd’hui que le niveau d’espérance de vie des pays riches à la fin des années 1960.

La progression de l’espérance de vie moyenne dissimule des évolutions différentes selon les continents.

En Amérique latine et en Asie, les 65 dernières années ont vu l’indicateur se rapprocher du niveau élevé connu en Europe et en Amérique du Nord. En Asie, l’espérance de vie à la naissance est passée de 42,3 ans au début des années 1950 à 71,8 ans en 2010-2015, un gain de près de 30 années. En Amérique latine et dans les Caraïbes, elle était de 51,3 ans en 1950. Elle est aujourd’hui de 74,7 ans, soit 23,4 ans de plus.

Sous l’effet du développement économique, des progrès en matière d’éducation, d’hygiène et de système de santé, les espérances de vie sur ces continents se rapprochent de celles des pays les plus riches : alors qu’en 1950, l’écart avec l’Europe était de 12,4 ans pour l’Amérique latine et de 21,4 ans pour l’Asie, il n’est plus que de 2,5 ans et de 5,4 ans respectivement.

L’Afrique a également connu un allongement de la durée de vie, mais les progrès ont été plus lents et plus chaotiques. L’espérance de vie y était de 37,5 ans en moyenne pour les personnes nées entre 1950 et 1955. Elle est de 60,2 ans pour les personnes nées entre 2010 et 2015. Selon les zones, les disparités sont grandes : les habitants d’Afrique du Nord peuvent espérer atteindre désormais 71,1 ans, tandis que l’espérance de vie est de 54,7 ans en moyenne en Afrique de l’Ouest et reste inférieure à 60 ans en Afrique centrale ou australe.

Le progrès a marqué le pas à partir des années 1980, notamment du fait de l’épidémie de sida. Au cours de la décennie 1990, les décès dus au sida ont été tellement nombreux que l’espérance de vie a reculé de 11 ans au Botswana, de 8 ans en Afrique du Sud, de 14 ans au Lesotho. Grâce aux politiques de prévention et à la démocratisation très progressive des médicaments antirétroviraux, l’espérance de vie retrouve aujourd’hui seulement son niveau de la fin des années 1980 en Afrique australe.

Les dix pays du monde où l’espérance de vie est la plus basse sont tous situés en Afrique subsaharienne. Guerres et épidémies ajoutent leurs effets à la pauvreté et à la malnutrition. Si les conditions de mortalité n’évoluent pas, les bébés des années 2010 à 2015 peuvent espérer vivre 49,4 ans en moyenne en République centrafricaine, 50,2 ans en Sierra Leone, et 51,7 ans au Tchad ou en Côte d’Ivoire. Ce niveau reste très inférieur à celui que connaissaient les pays riches en 1950.

À l’inverse, les pays dont le niveau de vie est le plus élevé bénéficient aussi de l’espérance de vie la plus longue. Dans ces pays sont réunis les principaux facteurs de longévité : sécurité, alimentation suffisante, haut niveau des dépenses de santé. Entre 1950 et 2015, le Japon et Singapour ont rejoint les pays d’Europe de l’Ouest et du Nord parmi les pays où l’espérance de vie est la plus élevée. En haut du classement, l’espérance de vie dépasse 80 ans (83,3 ans au Japon, 82,5 ans en Espagne par exemple) pour les enfants nés entre 2010 et 2015. La France se situe également à ce niveau avec 81,9 ans.

L’âge de 75 ans constitue désormais une longévité intermédiaire. Elle est accessible dans de nombreux pays d’Amérique Latine, d’Asie, d’Afrique du Nord et d’Europe de l’Est. Citons par exemple la Turquie, la Tunisie, le Maroc, la Chine, le Vietnam, le Liban, le Chili, le Brésil, le Mexique, l’Argentine, les Émirats arabes unis. Sur quatre continents et en Afrique du Nord, les progrès de l’espérance de vie laissent espérer une convergence progressive vers une longévité qui atteindrait ou dépasserait 75 ans. Les inégalités d’espérance de vie peuvent désormais être plus importantes entre catégories sociales d’un même pays, qu’entre pays du monde. Mais l’espérance de vie en Afrique subsaharienne, inférieure à 60 ans, jette une lumière crue sur les risques vitaux que font porter, aux enfants et aux adultes, la pauvreté extrême, les conflits et les épidémies.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.