Mai 15

Comment vivent les séniors en Normandie ?

En 2015, la Normandie compte 651 000 séniors de 65 ans ou plus, soit un Normand sur cinq, selon une note de l’INSEE. Ils représentent 19,5 % de la population régionale, une part légèrement supérieure à celle de la France métropolitaine (18,8 %).

Les séniors sont plus représentés que les plus jeunes dans les zones moins denses, qu’il s’agisse des petits pôles ou des communes isolées (7 % contre 5 % dans les deux cas). En outre, ils sont particulièrement présents dans les territoires peu denses de l’ancienne Basse-Normandie et du Pays de Bray

Nombre et part de séniors de 65 ans ou plus par EPCI en 2015

En 2015, à l’instar de la France métropolitaine, 57 % des séniors normands vivent en couple quand 32 % résident seuls. Par ailleurs, 6 % d’entre eux sont hébergés en institution, au sein d’un service de moyen ou de long séjour. Enfin, 5 % vivent au sein d’une famille monoparentale avec au moins un de ses enfants, ou en tant qu’individu isolé au sein d’un ménage

Parmi ceux-ci, 6 % sont hébergés au sein d’institutions de moyen ou de long séjour. La part de ceux qui vivent en institution passe de 6% à 21 % pour les 85 ans ou plus, davantage touchés par la dépendance.

En 2015, le niveau de vie médian des ménages séniors normands se situe à un niveau légèrement plus élevé que celui de l’ensemble des ménages normands (21 140 € contre 20 090 € ). Il est en revanche inférieur à celui de leurs homologues métropolitains (21 690 €). pour les générations les plus âgées, le niveau de vie médian chute fortement, passant de 22 080 € pour les 65-74 ans à 19 240 € pour les 85 ans ou plus. A noter qu’en Normandie, 6,6 % des séniors vivent sous le seuil de pauvreté contre 8,3 % en France métropolitaine

 Jusqu’à 85 ans, les séniors normands apparaissent plus aisés que l’ensemble de la population régionale. En Normandie, les séniors sont plus favorisés autour des grandes agglomérations ou sur les littoraux touristiques. Leurs niveaux de vie dans le sud de la Manche ou dans une grande partie de l’Orne sont en revanche plus modestes.

 Enfin, les séniors sont davantage propriétaires de leur logement que les Normands plus jeunes, même si un retour vers un habitat locatif plus adapté intervient aux âges avancés. En 2015, au regard de leur taille, les ménages de séniors normands disposent dans leur grande majorité (93 %) d’un logement devenu trop grand pour eux. Pour 44 % de ces ménages, le logement comporte au moins 2 pièces de plus que les standards estimés, ce qui, en accroissant les dépenses d’entretien et de chauffage, grève d’autant leur budget. Les conditions de vie des

En 2017, l’espérance de vie à 60 ans des séniors normands, de 22,5 ans pour les hommes et de 27,2 ans pour les femmes, se situe en léger retrait par rapport au niveau national, ce qui peut traduire un état de santé plus dégradé. Les principales causes de décès restent, en 2016, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire. Plus fréquentes qu’ailleurs, ces affections contribuent largement à la surmortalité régionale.

Sommaire de la note Les séniors en Normandie

  1. Plus forte part de séniors dans les territoires peu denses de l’ancienne Basse-Normandie et du Pays de Bray
  2. Un sénior sur cinq de 85 ans ou plus vit en institution
  3. Un niveau de vie plus faible pour les générations les plus âgées
  4. Des séniors normands moins pauvres
  5. Des séniors plus favorisés sur le littoral du Calvados et dans l’Eure
  6. Redevenir locataire en vieillissant
  7. Une espérance de vie à 60 ans plus faible pour les séniors normands
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.