Juin 03

Les sociaux-démocrates favoris des législatives au Danemark : mais pour quelle politique, et avec qui ?

La campagne électorale a débuté le 7 mai dernier au Danemark lorsque le Premier ministre Lars Lokke Rasmussen (Parti libéral, V) a annoncé que les prochaines élections législatives auraient lieu le 5 juin, jour de la Constitution (Grundlovsdag) qui est férié au royaume scandinave.

Les questions de santé, les retraites et le réchauffement de la planète constituent les principaux thèmes de la campagne électorale, rapporte une note de la Fondation Schuman

Le Danemark est dirigé par un gouvernement de droite depuis les précédentes élections législatives du 18 juin 2015.

Selon Jorgen Goul Andersen, professeur de sociologie politique à l’université d’Aalborg, la coalition gouvernementale sortante paie le prix de la politique d’austérité budgétaire menée depuis 2010. « le Parti social-démocrate arriverait largement en tête des élections législatives du 5 juin prochain avec 26,1% des suffrages devant le Parti libéral qui recueillerait 18,6% des voix, comme en 2015

Outre la maitrise des dépenses publiques, on observe une proximité entre droite et gauche sur la question de l’immigration. Le Danemark possède la législation la plus contraignante sur l’immigration.

 La question est : que feront les sociaux-démocrates de leur victoire ? La difficulté pour eux sera de former un Gouvernement même si le système politique danois ne les oblige pas à obtenir une majorité absolue au Folketing, chambre unique du Parlement, mais à s’assurer qu’aucune majorité ne se forme contre le gouvernement que le parti constituerait.

Le Folketing comprend 179 membres élus pour quatre ans par les seuls Danois résidant dans le royaume au scrutin proportionnel

9 partis politiques sont représentés dans l’actuel Folketing :

– Le Parti libéral (V), parti libéral et agrarien du Premier ministre sortant Lars Lokke Rasmussen, possède 34 sièges ;

– Le Parti du peuple (DF), parti populiste d’extrême droite, dirigé par Kristian Thulesen Dahl, compte 37 députés ;

– L’Alliance libérale (LA), fondée en 2007 par des dissidents du Parti social-libéral et du Parti populaire conservateur. Emmenée par Anders Samuelsen, possède 13 sièges.

– Le Parti populaire conservateur (KF), fondé en 1915, membre de la coalition gouvernementale sortante et conduit par Soren Pape Poulsen, compte 6 députés.

Ces 4 partis forment le Bloc bleu qui rassemble les forces de droite.

– Le Parti social-démocrate (SD), fondé en 1871 et dirigé depuis avril 2005 par Mette Frederiksen, possède 47 sièges ;

– Le Parti socialiste populaire (SF), parti d’opposition créé en 1959 par un ancien président du Parti communiste exclu pour avoir critiqué l’intervention de l’Union soviétique en Hongrie en 1956. Rassemblant socialistes et écologistes et conduit par Pia Olsen Dyhr, il compte 7 députés ;

– Le Parti social-libéral (RV), parti de centre gauche créé en 1905 après une scission du Parti libéral. Emmené par Morten Ostergaard, il possède 8 sièges ;

– La Liste de l’unité-Alliance rouge-verte (E), fondée en 1989 et fruit de l’alliance du Parti communiste (DKP), du Parti des travailleurs socialistes (SA) et de la Gauche socialiste (VS). Dirigée par Pernille Skipper.  Elle compte 14 députés.

Ces 4 partis composent le Bloc rouge rassemblant les forces de gauche.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.