Oct 09

Quel Diagnostic social dans les quartiers prioritaires de la métropole Rouen Normandie ?

La Métropole Rouen Normandie (MRN) comprend 16 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), répartis sur 14 communes du territoire, un nombre particulièrement important pour une agglomération de cette taille. Ces QPV regroupent 47 800 personnes, soit 10 % de la population de la MRN, et se distinguent du reste de l’agglomération par la concentration des  difficultés économiques et sociales qui touchent leurs habitants.

On retrouve selon un  dossier quartiers prioritaires métropole de Rouen réalisé par l’INSEE, comme attendu dans les QPV, un taux de pauvreté plus élevé, mais également une plus forte part de jeunes, de familles monoparentales, de familles nombreuses, de personnes sans diplôme, un taux de scolarisation des jeunes systématiquement plus faible, une plus grande précarité vis-à-vis de l’emploi et des difficultés scolaires plus importantes.

Les quartiers les plus défavorisés de la MRN se situent principalement dans quatre grands secteurs : la rive gauche de la Seine, les Hauts de Rouen, à proximité des QPV des communes de Maromme et Canteleu, et entre Cléon et Elbeuf. Les quartiers de Château Blanc et des Hauts de Rouen font partie des 90 QPV les plus pauvres au niveau national.

 Les territoires les plus favorisés se trouvent, quant à eux, quasi-exclusivement sur la rive droite de la Seine.

Si le positionnement des territoires en termes de difficultés sociales a peu évolué au cours des dernières années, le contexte de certains quartiers s’améliore, comme à Saint-Clément-Jean Rondeaux, Langevin-Barbusse et Houssière.

Dans les QPV, huit établissements scolaires sur dix sont classés en réseau d’éducation prioritaire (REP). Le taux de retard scolaire est également plus important dans les QPV et le taux de réussite au brevet plus faible.

Retrouvez le  dossier quartiers prioritaires métropole de Rouen

Au Sommaire de la  note quartiers prioritaires

  1. Un taux de pauvreté de 46 % dans les quartiers prioritaires, soit 30 points de plus que pour l’ensemble de la MRN
  2. Château Blanc et les Hauts de Rouen : deux quartiers parmi les plus pauvres de France métropolitaine
  3. Plateau et Centre-ville (Elbeuf) : deux quartiers relativement moins pauvres
  4. Arts et Fleurs – Feugrais et Parc du Robec : plus de familles monoparentales et de personnes sans diplôme
  5. Diderot – Les Mesliers, Thorez – Grimau et Hartmann – La Houssière : des quartiers moins touchés par la pauvreté et mieux insérés dans l’emploi
  6. Binche, Oissel sur Seine Nord, Buisson – Gallouen : une pauvreté moins marquée mais certaines difficultés sociales plus prononcées
  7. Les Bouttières, Jean Moulin, Grammont et le quartier de la Piscine : une pauvreté plus importante malgré un taux d’emploi relativement élevé
  8. Un diagnostic infra-urbain de l’ensemble de la MRN

 

Partagez cet article :

(1 commentaire)

    • roncerel g. on octobre 9, 2019 at 7:05
    • Répondre

    Merci pour nous avoir fait partager ces informations très intéressantes.
    Je remarque que les Hauts de Rouen s’enfonce d’avantage dans la difficulté en particulier les Sapins. Le message de l’Insee est clair en mettant en avant que les Hauts et Robespierre à St Etienne font partie des quartiers les plus défavorisés …. de la France Métropolitaine (62 ème sur 1296 quartiers évalués pour les Hauts de Rouen).
    Cela mériterait sûrement une politique peut être un peu plus volontariste de la part de la ville et la métropole.
    Pour Déville, il est curieux de voir le recul de la 47è à la 31 ème place de Deville Centre dans la liste des quartiers les plus en difficulté.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.