Mai 25

Le principe de la grenouille chauffée !

Une fidèle lectrice m’a adressé ce petit conte d’une grande richesse d’Olivier Clerc, écrivain et philosophe. Je veux vous en faire profiter . Il s’agit du principe de la grenouille chauffée :
Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
– Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
– La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est  un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un  peu,  mais elle ne s’affole pas pour autant.
– L’eau est cette fois vraiment chaude.La grenouille commence trouver cela désagréable, mais elle s’est  affaiblie, alors elle supporte et ne fait  rien.
– La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille  va tout simplement finir par cuire et mourir.
Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la  plupart  du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte . Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons. Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à  ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.   
Alors si vous n’êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu’il ne soit trop tard. . SOMMES NOUS DÉJÀ A MOITIÉ ‘ CUITS ‘ ? 

Partagez cet article :

(2 commentaires)

  1. Le conte est intéressant, mais peut aussi se décrypter positivement. Il n’y a pas eu, en douceur, que des changements négatifs dans notre société, il y a eu aussi beaucoup de changements positifs :
    – concernant l’environnement ( il y a 30 ou 40 ans, impensable de trier ses déchets, etc)
    – concernant les femmes (il y a 30 ou 40 ans, impensable qu’une femme soit à la tête d’une Fédé syndicale comme N Notat ou L Parisot, ou à la tête de ministère comme l’Economie
    – concernant l’accessibilité au savoir (internet) et le dialogue (blogs)
    etc

    • dominique gambier on mai 28, 2008 at 11:42
    • Répondre

    je partage tout à fait ; ce qui est interessant c’est de montrer l’interet des différences de méthodes sur le changement

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.