Nov 05

Émissions de CO2 des déplacements domicile – travail : la Haute-Normandie, troisième région française

ImagesCAXKS9N3En 2007, 771 000 Haut-Normands effectuent des navettes régulières entre leur domicile et leur lieu de travail ou d'études, occasionnant par ces déplacements l'émission de 579 000 tonnes de CO2. C’est ce qui ressort d’une étude de l’INSEE en collaboration avec le Ministère de l’environnement.

L'usage de la voiture est nettement privilégié, même en milieu urbain. Le recours aux modes "vertueux" (transports en commun, marche à pied, vélo…) se situe dans la moyenne des régions de province. Bien que dotée d'un parc automobile relativement récent, la région Haute-Normandie se classe au troisième rang des régions les plus émettrices, rapporté au nombre de "navetteurs".

 Les longues distances parcourues par les Haut-Normands pour se rendre sur leur lieu de travail sont en cause. Les actifs et les étudiants qui franchissent quotidiennement les limites régionales, notamment vers l'Île-de-France, tirent fortement vers le haut la moyenne de la région.

Au niveau local, de grandes disparités apparaissent entre les territoires très urbanisés, concentrant les emplois et l'offre universitaire, et les territoires présentant un profil plus résidentiel. Alors qu'un tissu urbain dense tend à limiter les émissions de CO2 par actif, les territoires résidentiels s'illustrent par de plus fortes contributions individuelles.

Ce travail a nécessité la mobilisation de nombreuses sources : – le recensement de la population pour estimer les flux domicile-travail/études et le mode de transport utilisé ; – les déclarations annuelles de données sociales (DADS) géolocalisées pour estimer les distances moyennes parcourues par les actifs résidant et travaillant dans la même commune ; – le distancier Loxane pour estimer des distances entre communes par le chemin le plus rapide ; – le fichier central des automobiles pour estimer la structure du parc automobile par commune et ensuite appliquer les formules du modèle Copert  par classe de véhicule ; – l'enquête nationale transports et déplacements (ENTD) réa lisée en 2007-2008 par le SoeS, les enquêtes ménages déplacements (EMD) et la Base de Transports en Commun du Certu sont utilisées pour estimer le nombre d'allers-retours quotidiens, le nombre de personnes par véhicule, et pour affiner les parts modales. Les émissions de CO2 des déplacements effectués en véhicule particulier sont estimées par le modèle Copert qui prend en compte les caractéristiques des véhicules, les vitesses moyennes pratiquées par type de route, la circulation en centre-ville… Pour les transports en commun et la moto, les estimations se fondent sur les émissions moyennes au kilomètre fournies par l'Ademe.

Enfin, quelques hypothèses de travail sont posées : – le trajet retour s'effectue de la même façon que le trajet aller, par le chemin le plus rapide ; – l'intermodalité n'est pas traitée ; – les itinéraires de plus de 300 km sont exclus de l'analyse ; – une année correspond à 260 jours ouvrés. Les émissions de GES issues des trafics linéiques (calculées à partir des comptages routiers) et diffus (les dé – placements infra-communaux de très courte distance) sont surtout localisées sur les agglomérations du fait de la densité du réseau routier et du volume de trafic ainsi que sur les autoroutes A13 et A28. Ainsi, les communes duterritoire traversées par les axes structurants ont un trafic élevé et ressortent fortement.

Sommaire • Des trajets relativement longs qui alourdissent le bilan des émissions de CO2 • Les déplacements en véhicule particulier restent le modèle dominant… • … même en milieu urbain • Les disparités entre territoires s'expliquent essentiellement par les distances parcourues • La plus grande partie des émissions de CO2 est concentrée sur les flux à destination des SCoT de Rouen et du Havre, mais aussi des autres régions

Encadrés • Les principales sources de rejets en Haute-Normandie • La hausse durable du prix des carburants : quels effets sur les émissions de CO2 ? • Quelques chiffres sur les émissions de CO2 dues aux déplacements domicile-travail dans les 13 territoires concernés par un PCET en région Haute-Normandie • Les politiques publiques en vue de la lutte contre le changement climatique • Les mesures pour limiter les émissions de CO2 des véhicules • Quelques indicateurs sur les territoires et les grandes aires urbaines de Haute-Normandie

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.