Mar 13

Religion privée et opinion publique : fin de l’une, début de l’autre?

ImagesCANOKRLFQuand, et dans quel contexte historique et conceptuel, est apparue la notion d’opinion publique ? Quel rôle théorique a-t-elle assumé ? Peut-on la considérer comme un concept, ou bien fait-elle partie de ces mots, sinon creux, du moins ambivalents et volatils, qu’il incombe à la philosophie de démasquer ? La thèse de Religion privée, opinion publique de Bertrand Binoche, consiste à lier causalement les deux termes qui forment son titre.

Selon Bertrand Binoche, évoquée dans cette note de Marion Chottin, l’idée d’opinion publique constitue l’effet de celle de religion privée : elle émerge, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, non pas à sa suite et de façon accidentelle, mais essentiellement comme sa conséquence. Celle-ci, pour n’être pas nécessaire, n’en est pas moins logique : comment garantir le vivre-ensemble, quand les croyances qui devraient pouvoir le fonder sont de facto irréductiblement diverses ?

Dès lors que la religion devient affaire privée et cesse de constituer cet accord que l’on a longtemps cru requis pour constituer le lien civil, dès lors que tout accord de substitution (religion naturelle, morale naturelle) révèle dans le même temps sa vanité, seule demeure la solution théorique, et hautement paradoxale, consistant à fonder la société sur l’idée de désaccord réglé d’opinions en perpétuelle évolution.

 L’auteur entend ainsi retracer l’émergence du concept d’opinion publique, sa transformation en « maître-mot » (p. 126) et sa dissolution tendancielle, depuis les guerres de religion jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle.

Religion privée, opinion publique est ainsi un ouvrage beaucoup plus polémique qu’il n’y paraît d’abord. Si d’aucuns ont pu voir dans le communisme une nouvelle religion, et dans le débat démocratique son antidote, Bertrand Binoche révèle la réduction ad religiosam de cette grande prêtresse moderne qu’est l’opinion publique.

L’ouvrage nous rappelle l’origine libérale d’une notion trop souvent recouverte du voile de la neutralité axiologique ; il nous ouvre les yeux sur son caractère de slogan et de nouveau credo, et nous invite à penser ce qu’elle tend à masquer, savoir, la possibilité toujours ouverte d’un nouveau lien social. 

 Bertrand Binoche, Religion privée, opinion publique, Paris, Vrin, coll. « Moments philosophiques », 2012, 232 p., 12,50 €.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.