Jan 13

Les cancers toujours la principale cause de décès en Haute-Normandie

sansEn 2012, 16 600 personnes sont décédées en Haute-Normandie, dont une sur cinq âgée de moins de 65 ans. Ces décès prématurés, selon une note de l’INSEE, concernent deux fois plus les hommes (2470) que les femmes (1150). Les tumeurs malignes et les maladies de l’appareil circulatoire sont les deux premières causes de décès, respectivement 29 % et 24 % des morts

 Toutes classes d’âge confondues, les tumeurs malignes représentent la première cause de mortalité des hommes (2 810 décès) alors que les femmes sont davantage touchées par les maladies de l’appareil circulatoire (2 140 décès).

Avant 45 ans, les causes externes de blessures et d’empoisonnement occasionnent la majorité des décès masculins. À partir de 45 ans, les cancers deviennent la principale cause de mortalité masculine. Cette pathologie est la plus répandue chez les femmes, à partir de l’âge de 25 ans.

Au total, les tumeurs malignes ont provoqué, chez les personnes de moins de 75 ans, 40 % des décès masculins (1 600 décès) et 45 % des décès féminins (875 décès). Après 75 ans, pour les hommes comme pour les femmes, les maladies de l’appareil circulatoire sont les principales responsables de la mortalité.

Par rapport à 2002, la mortalité due aux cancers augmente de 2 %. Si cette cause de mortalité recule de 11 % chez les moins de 75 ans, elle augmente de 20 % pour les plus de 75 ans. À l’inverse, le nombre de décès provoqués par les maladies de l’appareil circulatoire baisse de 12 % entre 2002 et 2012.

 La mortalité due aux suicides recule de 27 % (100 décès de moins entre ces  deux dates), et Ceux liés aux accidents de transports sont également en fort recul : 62 % de décès en moins, soit 150 évités en une décennie.

 La région présente   une surmortalité   par rapport à la moyenne en France métropolitaine,  plus prononcée pour les hommes que pour les femmes. La Haute-Normandie se place au cinquième rang des régions pour la surmortalité masculine et au quatrième rang des régions pour la surmortalité féminine. Les décès liés aux troubles mentaux et du comportement et ceux résultant des maladies de l’appareil digestif touchent particulièrement la population haut-normande. Ces deux pathologies affichent, pour les hommes comme pour les femmes, les plus forts écarts avec la métropole.

Sommaire
Les cancers, première cause de décès des moins de 75 ans
Baisse des décès liés aux maladies de l’appareil circulatoire
La Haute-Normandie au 5e rang des régions pour la surmortalité masculine

Pour en savoir plus

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.