Avr 05

La très grande diversité des associations aujourd’hui !

association_logo_annuaireLa France compte 1,3 million d’associations actives en 2013,selon l’INSEE. Elles interviennent principalement dans quatre domaines : le sport, les loisirs, la culture et la défense de causes, de droits ou d’intérêts.

Seulement 12 % des associations emploient des salariés, le plus souvent un ou deux. La majorité (60%) des salariés des associations se concentre dans l’action sociale, humanitaire ou caritative, l’hébergement social ou médico-social et la santé.

En 2013, le nombre d’heures de travail rémunérées des salariés des associations représenterait l’équivalent de 1,3 million d’emplois à temps plein. L’emploi à temps partiel est très fréquent dans le monde associatif : la moitié des emplois des associations est à temps partiel. Cette part atteint 70 % dans les domaines du sport et de la culture.

Outre leurs propres salariés, les associations font intervenir d’autres professionnels. Ainsi, 4 % des associations employeuses recourent à des intérimaires ou des volontaires du service civique, 17 % à d’autres travailleurs comme des stagiaires et 13 % bénéficient de personnels mis à disposition par d’autres organismes publics ou privés. Le volume de travail de l’ensemble de ces intervenants est estimé à 5 % de celui des salariés directement rémunérés par les associations.

  Au total, le travail salarié effectué dans les associations représenterait 7 % de celui réalisé dans l’ensemble de l’économie, en équivalent temps plein.

Les quelque 23 millions de  bénévoles interviennent dans l’ensemble des domaines d’activité et dans la quasi-totalité des associations, même employeuses. Le volume de travail qu’ils y consacrent correspondrait à 680 000 emplois en équivalent temps plein.

Évaluées au total à 104 milliards d’euros, les ressources financières sont très concentrées dans les associations employeuses, en particulier dans l’action sociale, humanitaire ou caritative, l’hébergement social ou médico-social, la santé et l’enseignement. Elles résultent essentiellement de recettes d’activité, d’origine privée ou publique.

  La moitié des ressources des associations culturelles sont des subventions publiques. Plus de la moitié du budget des associations de gestion de services économiques et de développement local et des associations de loisirs est constituée de recettes d’activités privées. Les deux premiers financements des associations de sport et de défense de causes, de droits ou d’intérêts sont les recettes d’activités privées et les cotisations de leurs adhérents ; ces dernières représentent chacune environ 30 % de leurs ressources.

Pour fonctionner, la majorité des associations – qu’elles soient employeuses ou non – disposent également d’avantages en nature, via des mises à disposition, gratuites ou à des conditions avantageuses, de locaux, matériels, équipements, etc. Pouvant se cumuler, ces avantages portent le plus souvent sur la mise à disposition de locaux ou de terrains (pour 52 % des associations), d’équipements (14 %) et la gratuité ou une tarification avantageuse de l’énergie ou de l’eau (17 %). Les associations sportives, culturelles et de loisirs bénéficient beaucoup plus souvent d’au moins un de ces avantages, et notamment de locaux ou de terrains.

Une grande partie des associations (42 %) intervient principalement au niveau local (immeuble, quartier, commune), tandis que 27 % le font à l’échelle intercommunale, 14 % au niveau départemental et seulement 17 % à un niveau régional ou suprarégional.

Malgré ce rayonnement plutôt local et un grand nombre de petites unités, les associations ont souvent des liens, formalisés ou non, avec d’autres associations. En 2013, 35 % font partie d’un ou de plusieurs réseaux d’associations. Cette appartenance est plus fréquente dans les associations employeuses (51 %). Elle permet notamment de mutualiser les moyens humains, matériels et financiers ou de coordonner une action en commun sur un territoire. Une association peut également être contrainte d’adhérer à un réseau : c’est le cas, par exemple, des associations sportives pour lesquelles l’affiliation à une fédération permet de participer aux compétitions.

Au Sommaire

Une association sur deux intervient dans le sport et les loisirs
Seules 12 % des associations emploient des salariés
60 % des emplois salariés dans le social, le médico-social et la santé
Du personnel mis à disposition par d’autres organismes dans l’enseignement et la formation    
La quasi-totalité des associations recourt au bénévolat
90 % des ressources financières sont concentrées dans les associations employeuses
Plus de la moitié des associations bénéficient d’avantages en nature
Des actions souvent locales, mais pas toujours conduites isolément

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.