«

»

Avr 04

L’obésité ne touche pas tous les jeunes de la même façon

dessin_obesiteL’obésité est une pathologie qu’il faut combattre pour améliorer la santé de la population, même si on ne peut ignorer les normes véhiculées par notre société sur ce sujet. Il ne faut pas oublier  aussi  les facteurs génétiques de l’obésité.

Déterminée en fonction de l’« indice de masse corporelle », rapport entre le poids et la taille (élevée au carré), on parle d’obésité quand l’IMC dépasse 30 kg/m2. En France, à l’âge de 10 ans, un enfant qui mesure 1,35 m est jugé obèse à partir de 44 kg.

Selon l’observatoires des inégalités ,5,8 % des enfants de grande section de maternelle fille ou fils d’ouvriers souffrent d’obésité  contre 1,3 % des enfants de cadres supérieurs, soit un risque  4,5 fois plus élevé. Les enfants d’employés ont aussi 3,7 fois plus de risque d’être obèses que les enfants de cadres selon une étude du ministère des Affaires sociales, menée auprès de 19 000 enfants pendant l’année scolaire 2012-2013.

En grande section, la part d’enfants obèses est passée de 3,2 % en 2006 à 3,5 % en 2013. Mais cette donnée moyenne masque de fortes inégalités entre catégories sociales. Si les enfants de cadres n’ont pas connu une augmentation de l’obésité sur la période, les enfants d’employés, comme ceux des agriculteurs, commerçants et chefs d’entreprise, ont vu leur taux d’obésité augmenter de 1,3 point.

Les inégalités persistent par la suite. En CM2, les disparités selon le milieu social continuent à se manifester. 0,8 % d’enfants de cadres en souffrent, contre 7 % d’enfants d’ouvriers, selon le ministère des Affaires sociales (données 2008), soit près de neuf fois plus. Le constat est similaire en classe de troisième. Près de 4 % des enfants ont un problème d’obésité . Mais la proportion d’enfants de cadres en surpoids est de 2,3 %, contre près de trois fois plus pour les enfants d’ouvriers (6,5 %).

Les comportements alimentaires, les habitudes de vie, dont notamment la pratique d’une activité physique, sont différenciés selon les catégories sociales et jouent sur la santé, en particulier sur l’obésité, dès le plus jeune âge. Cette étude indique par exemple que les enfants de cadres sont 9 % à posséder un écran dans leur chambre, contre 33,7 % des enfants d’ouvriers. 31,4 % de ces derniers consomment tous les jours des boissons sucrées, contre 8 % des enfants de cadres.

C’est dire aussi les enjeux de l’école en ce domaine pour corriger partiellement ces inégalités : restauration scolaire, apprentissage du gout, pratiques sportives…trouvent la toute leur place !

Pour en savoir plus : lire aussi  Obésité et milieux sociaux

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>