Sep 08

Grèves : on a la médaille d’or ! Révélatrice des difficultés du dialogue social ?

greves-sncf-20101108Des poubelles qui jonchent les rues de la capitale, des trains supprimés et des usagers désemparés sur les quais, des pilotes qui menacent de perturber le trafic aérien, des coupures sauvages d’électricité… Le tout filmé et diffusé sur toutes les chaînes du monde à quelques heures de l’ouverture de l’Euro 2016. Pas sûr que l’Hexagone perde cette année son titre de championne du monde de la grève.

Il est difficile de mesurer et de comparer les situations d’un pays à l’autre, comme le souligne Alternatives économiques dans un récent billet.

Avec 79 journées individuelles non travaillées (JINT) pour 1 000 salariés en 2013, selon le dernier recensement du bilan de la négociation collective du ministère du Travail, la France reste, sans aucun doute, dans le peloton de tête des pays qui ont le plus recours à cette forme de contestation. Selon les calculs d’ETUI, l’Institut syndical européen, la moyenne européenne tourne, pour cette même année, autour de 32 journées de grève pour 1 000 salariés. Des comparaisons qui restent néanmoins aléatoires.

D’abord, parce que les données nationales sont hétérogènes. « Le service statistique du ministère du Travail (la Dares) qui recense ces journées ne tient pas compte des grèves dans la fonction publique d’Etat …… Par ailleurs, il y a des ruptures de série…..seules les journées complètes de grèves sont comptabilisées. Tous les débrayages de quelques heures ne le sont pas, alors que ce sont une forme de contestation utilisée dans les entreprises à flux tendu pour gêner la production. »

 Si la construction enregistre 8 journées individuelles non travaillées pour 1 000 salariés en 2013, le secteur du transport, lui, en affiche 407 !   et  comme ces conflits sont plus visibles dans les médias, cela donne le sentiment que toute la France est paralysée.

 Les palmarès internationaux sont eux aussi sujets à caution. Les comparaisons européennes qui nous situent, selon les périodes et les instituts (Eurofound ou Statista qui se fonde sur l’étude de WSI de la Fondation Hans Böckler), en 1re ou en 2e position par rapport au Danemark, loin devant le Royaume-Uni ou l’Allemagne, sont hasardeuses, sachant que des données font défaut en fonction des pays. Elles manquent pour l’Italie (2009-2013), la Grèce (2011 et 2013) ou le Portugal (2008-2009), si l’on se réfère aux calculs d’ETUI. Or, ces pays ont connu de nombreux conflits sociaux, provoqués notamment par les politiques d’austérité mises en œuvre après la crise économique de 2008.

Nombre de journées non travaillées pour 1000 salariés, moyenne 2005-2013 :

greve

D’une année sur l’autre, les variations peuvent s’expliquer par l’annonce de grandes réformes (celle des retraites de 2010 en France, par exemple) ou de fortes revendications salariales. En 2013, l’Hexagone a connu près de 1,3 million de journées individuelles non travaillées (pour 16 millions de salariés du privé). En 2015, l’Allemagne a enregistré 2 millions de journées non travaillées, estime l’institut WSI.  Avec les conflits à la Lufthansa, la Deutsche Bahn, Deutsche Post, chez Amazon ou dans les crèches publiques, le nombre de débrayages a en effet été multiplié par cinq par rapport à 2014, relève WSI. Rapporté à 1 000 salariés, cela fait 17,5 journées non travaillées, contre 11,2 en 2014. Malgré ce pic de conflictualité exceptionnel, cela reste nettement en dessous des ratios français.

En dépit de cette première place difficilement contestable, les observateurs notent tout de même une baisse de la conflictualité dans l’Hexagone. « Jusqu’en 1983-1984, nous ne disposions pas de statistiques très fiables, mais il est clair que le nombre de journées de grève avait baissé par rapport aux années 1970. Ensuite, malgré les ruptures de série et la sous-déclaration, la conflictualité dans les entreprises privées a diminué. Aujourd’hui, les mouvements se concentrent essentiellement dans le secteur public, les transports, le raffinage… », relève Arnaud Parienty. Globalement, selon la Dares, seul 1,2 % des entreprises de plus de 10 salariés a déclaré au moins un jour de grève en 2013, contre 1,3 % en 2012 et 1,8 % en 2011.

Au dela de tous ces constats , ces chiffres montrent l’urgence absolue de faire de la négocition sociale, une priorité politique; une négociation dans laquelle l’accord doit primer sur la grève , arme ultime de la négociation et non préalable.

Les grèves en 2013 selon la DARES

Les grèves en Europe selon l’ETUI ( Institut syndical Européen)

Bilan de la négociation collective en 2014

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.