Jan 13

Quelles dynamiques pour les emplois « exposés » et les emplois « abrités »?

dynempl-couvL’imbrication de l’industrie et des services est devenue si forte qu’elle rend de moins en moins pertinente la distinction traditionnelle entre les emplois industriels et les emplois tertiaires. À l’heure de la globalisation, il est en revanche très instructif de distinguer les emplois exposés à la concurrence internationale, qui concourent à la production des biens et services échangeables par-delà les frontières, de ceux qui en sont abrités.

Les emplois du secteur exposés sont en concurrence avec ceux d’autres pays : ils peuvent disparaître d’un pays et réapparaitre dans un autre Les emplois du secteur abrité sont en concurrence avec ceux d’un même territoire , et ceux qui réapparaissent le font sur le même territoire, en fonction de la demande de  consommation locale : les conditions de concurrence sont donc différentes , et impactent les territoires de façon différente.

La Fabrique de l’industrie, laboratoire d’idées créé pour que la réflexion collective sur les enjeux industriels gagne en ampleur et en qualité, publie une note sur la « dynamique des emplois exposés et abrités en France ».

Cette note dresse, sous cet angle, un portrait de l’emploi en France. Quels sont, en pratique, les emplois exposés et abrités ? Se distinguent-ils en termes de qualifications, salaires, évolutions de la productivité ? Comment sont-ils répartis sur le territoire ? Quelles sont les interdépendances entre ces deux catégories d’emplois ? Comment concilier les impératifs de compétitivité internationale et de justice sociale ? Telles sont les questions auxquelles cette note tente d’apporter un éclairage, à l’aide d’éléments graphiques et cartographiques.

Elle met en lumière une série de résultats originaux, présentés de manière simple et pédagogique. En outre, les lecteurs exigeants trouveront en annexes de nombreuses précisions méthodologiques. Elle s’adresse donc à un large public (étudiants et chercheurs, journalistes, dirigeants d’entreprises et décideurs publics…) désireux de bénéficier d’un éclairage nouveau sur l’évolution de l’économie française.

Cette distinction exposés/abrités n’est pas nouvelle, particulièrement dans en France. Les débats de politique économique des années 1970 avaient suscité un effort de modélisation dans l’administration Française et le modèle macroéconomique FIFI  différenciait déjà secteur abrité et secteur exposé. La prise en compte des deux catégories, pertinente et éclairante à l’époque, l’est a priori plus encore aujourd’hui en ce temps de mondialisation.

La définition et la délimitation de chacune des catégories appellent une discussion approfondie qui est conduite avec soin et de façon convaincante dans le texte. Le recours assez systématique dans le commentaire à la classification binaire exposés/abrités, peut masquer au lecteur inattentif la variété des situations qui est prise en compte dans l’agrégation : le secteur exposé est constitué à partir de composants comme l’agriculture et l’industrie manufacturière, mais aussi des services aux entreprises ou touristiques, par exemple, et le secteur abrité regroupe, il ne faut pas l’oublier, fonction publique et secteur marchand dont une partie des activités industrielles, telles la production et la distribution d’eau et d’électricité.

Le plan et l’introduction

Lisez ici la note complète   ou télécharger dynamiquedes-emplois-exposes-et-abrites-en-france

Retrouvez la Synthèse du document ici

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.