«

»

Juil 13

Les 10 dossiers clés sur les inégalités pour le quinquennat

Chacun le voit chaque jour ; l’augmentation des richesses s’accompagne d’une augmentation des inégalités. L’Observatoire des inégalités a repéré les 10 dossiers les plus importants pour réduire les inégalités en ce début de législature : rendez-vous dans 5 ans ! Un rappel en cette veille de 14 juillet !

1 Faire baisser le chômage pour combattre la pauvreté
Le nombre de personnes pauvres a augmenté d’un million entre 2004 et 2014, hausse étroitement liée à la montée du chômage.L’idée qu’il est nécessaire de fournir un minimum social aux moins de 25 ans progresse. La « garantie jeune », fait bénéficier d’une allocation proche du RSA pendant un an à 150 000 jeunes.
Sortir de la pauvreté, pour l’immense majorité, signifie retrouver une autonomie sociale, qui passe par l’emploi.

2 Réduire les inégalités scolaires par une réforme de fond
Alors que neuf enfants d’enseignants sur dix obtiennent le baccalauréat, ce n’est le cas que de quatre enfants d’ouvriers non qualifiés sur dix. Près d’un tiers des étudiants sont enfants de cadres supérieurs alors que seulement un sur dix a des parents ouvriers.

3 Où sont les femmes ?
L’égalité entre les femmes et les hommes progresse en France. Pour autant, beaucoup reste à faire. L’accent est mis sur la parité aux postes de responsabilité.La situation des femmes de milieux populaires fait beaucoup moins parler. Elles occupent pourtant deux tiers des emplois non qualifiés et sont beaucoup plus souvent en temps partiel.

4 La menace d’une santé à deux vitesses
Un nombre encore important de patients renoncent à se faire soigner à cause du « reste à charge » trop élevé ou de l’impossibilité d’avancer les frais médicaux. Pour ceux qui sont exclus du marché du travail, les dispositifs de complémentaires-santé ne sont pas automatiques et connaissent un très fort taux de non-recours. Les couvertures complémentaires sont de qualité très inégale. La concentration de professionnels de santé dans les centres des grandes villes, sont autant d’entraves aux principes fondateurs du système de la Sécurité sociale. La médecine française reste très technicienne et consommatrice de médicaments. Elle est le plus souvent aveugle aux inégalités sociales entre les patients et fonctionne pour ceux qui sont déjà les mieux formés pour utiliser le système de santé.

 5 La retraite doit davantage dépendre de l’espérance de vie
Un homme cadre de 35 ans a une espérance de vie en moyenne de six ans supérieure à celle d’un ouvrier. De plus, ces cadres sont moins confrontés aux risques professionnels (maladies professionnelles, accidents du travail, expositions à des produits chimiques). Les comportements à risques, les moindres recours aux soins ou encore l’obésité sont aussi plus fréquents chez les ouvriers.Un système de retraite devrait reposer sur une durée de cotisations et non sur l’âge, qui favorise les diplômés : vivant plus longtemps, ils disposent de retraites plus longues. Il faudra aussi unifier les caisses de retraites complémentaires, plus favorables aux cadres, les différents régimes publics et privés et, surtout, les régimes spéciaux, particulièrement avantageux pour une petite partie des actifs (énergie, SNCF, marins, Banque de France, Comédie française, etc.).

6 Les inégalités de patrimoine en héritage
La moitié du patrimoine est concentré entre les mains des 10 % les plus fortunés, tandis que la moitié de la population la moins fortunée ne dispose que de 8 % de cet ensemble. Ces écarts, en se transmettant entre générations, facilitent la reproduction dans le temps des inégalités monétaires entre milieux sociaux. La refonte de la fiscalité du patrimoine est un enjeu fort pour les prochaines années.

7 L’égalité plutôt que la concurrence entre les territoires
Les banlieues ou les campagnes en déclin, les zones pavillonnaires périphériques en essor, tous ces territoires ont soif de davantage de services, d’équipements, de moyens de transport, etc. Pour autant, les pauvres vivent majoritairement dans des grandes villes, où la vie est souvent plus chère. Les transferts de richesses entre territoires favorisés et pauvres, auparavant opérés par les dotations de l’État, sont rendus plus ardus avec la baisse de ces dotations et le renforcement de la décentralisation.

8 La fragilisation de la jeunesse fragilise l’avenir
Les jeunes sont les premiers touchés par la pauvreté et la précarité : plus de la moitié des personnes pauvres a moins de 30 ans, la moitié des jeunes de moins de 25 ans a un emploi précaire, le chômage des jeunes atteint un niveau record. Les jeunes peu diplômés sont les plus exposés au risque d’exclusion sociale, sans avoir, le plus souvent, droit à une deuxième chance.

 9 Agir sur le mal-logement
Si 140 000 personnes ne disposent pas de domicile personnel, le mal-logement ronge également des millions de ménages qui pâtissent encore, au XXIe siècle, de l’absence de sanitaires, de fuites sur le toit ou encore d’une mauvaise isolation du froid. Au moins deux millions de personnes vivent dans un logement dégradé. Les prix des logements restent très élevés et représentent aujourd’hui dix années de salaire moyen d’un Français, le double d’il y a 30 ans. La précarité énergétique n’est qu’une partie du problème de mal-logement, mais on touche là un élément essentiel.

10 Pour une réelle égalité des droits face à la justice
Les citoyens sont loin d’être égaux en droits. Les exemples sont nombreux. Les discriminations, pourtant illégales, demeurent importantes en France et bien mesurées dans les nombreuses enquêtes dites de testing. Par ailleurs en cas d’infraction réelle ou supposée, les justiciables sont inégaux face à la justice. Les moins fortunés n’ont pas les moyens de disposer d’une défense correcte et sont plus lourdement sanctionnés par la justice .L’immense majorité des détenus appartiennent aux milieux populaires.

 

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>