Oct 27

La participation aux Élections présidentielle et législatives a évolué

Deux notes de l’INSEE reviennent sur l’analyse statistique de la participation aux élections présidentielles et législatives.

La première porte sur les élections de 2017:  voir  Les élections de 2017

En 2017, 44 millions de Français résidant en France (hors Mayotte) sont inscrits sur les listes électorales et peuvent ainsi voter aux deux scrutins nationaux, l’élection présidentielle et les élections législatives. Parmi eux, 14 % se sont abstenus à tous les tours de scrutin et 86 % ont voté à au moins un des quatre tours : 35 % ont voté à tous les tours des élections et 51 % ont voté par intermittence. En particulier, deux inscrits sur dix n’ont voté qu’aux deux tours de la présidentielle. Ce choix est plus marqué chez les jeunes et les immigrés.

Les élections législatives mobilisent beaucoup moins que la présidentielle : 85 % des inscrits ont voté au moins une fois à la présidentielle contre 58 % aux législatives. L’analyse des demandes de procuration renforce ce constat : elles sont deux fois moins nombreuses pour les législatives que pour la présidentielle.

Les inscrits qui s’abstiennent systématiquement aux élections de 2017 sont plus souvent jeunes (moins de 30 ans) ou âgés (80 ans ou plus), ils sont aussi plus souvent sans diplôme, ils ont un niveau de vie plus faible et sont plus souvent inactifs ou ouvriers que les autres inscrits. L’abstention systématique est particulièrement élevée dans les départements d’outre-mer.

Sommaire

  1. L’élection présidentielle mobilise davantage que les législatives
  2. Parmi les jeunes, moins de deux inscrits sur dix ont voté à tous les tours des élections de 2017
  3. Voter uniquement à l’élection présidentielle : un choix plus marqué chez les jeunes et les immigrés
  4. L’abstention systématique : surtout parmi les inscrits les plus défavorisés
  5. Davantage d’abstention systématique dans les DOM
  6. Les demandes de procuration : surtout pour la présidentielle, par des jeunes, des diplômés, et des personnes aisées
  7. Les facteurs explicatifs de la participation électorale

La seconde note évoque l’évolution de la participation depuis 2002 : voir  Les élections de 2002 à 2017

Depuis 2002, en France métropolitaine, la participation à au moins un tour des élections présidentielle ou législatives reste stable : neuf inscrits sur les listes électorales sur dix se déplacent à au moins un tour. Les comportements de vote ont toutefois changé en 2017 par rapport aux élections nationales précédentes. Les électeurs ont nettement moins voté que par le passé à l’ensemble des tours des élections présidentielle et législatives (vote systématique). En contrepartie, ils ont davantage voté par intermittence. En particulier, la part des électeurs ayant participé aux deux tours de la présidentielle et à aucun tour des législatives a continué d’augmenter, accentuant le moindre intérêt pour les élections législatives.

La baisse de la participation systématique en 2017 touche l’ensemble des classes d’âge, des niveaux de diplôme ou des catégories sociales.

Les différences de pratiques de vote selon le diplôme ou la catégorie sociale se sont accentuées en 2017. L’écart de participation entre les plus diplômés, les moins abstentionnistes, et les personnes sans diplôme, les plus abstentionnistes, s’est progressivement creusé depuis 2002 ; l’écart entre les cadres, d’une part, et les personnes exerçant une profession intermédiaire, les employés et les ouvriers, d’autre part, s’est aussi élargi en 2017.

Sommaire

  1. Des élections 2017 atypiques : le vote à l’ensemble des tours des élections présidentielle et législatives diminue fortement
  2. La part des inscrits qui ne votent qu’aux deux tours de la présidentielle a doublé entre 2002 et 2017
  3. La participation systématique recule pour toutes les tranches d’âge
  4. En 2017, la participation systématique recule pour tous les niveaux de diplôme et toutes les catégories sociales
  5. Les différences de comportements de vote selon le diplôme et la catégorie sociale se sont accentuées en 2017
  6. Un désengagement des élections législatives plus marqué en 2017
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.