Déc 21

Un nouvel Indice européen de la qualité de l’air facile à consulter

Un nouvel indice européen de la qualité de l’air, lancé  par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) et la Commission européenne, permet aux utilisateurs de vérifier la qualité actuelle de l’air dans les régions et les villes européennes. L’indice s’accompagne de nouvelles fiches d’information par pays qui apportent des informations actualisées sur la qualité de l’air pour les pays membres de l’AEE.

Les informations sur la situation actuelle de la qualité de l’air sont obtenues sur la base de mesures provenant de plus de 2 000 stations de surveillance de la qualité de l’air en Europe.

L’indice consiste en une carte interactive qui montre la situation locale de la qualité de l’air au niveau des stations, sur la base de cinq polluants majeurs, nocifs pour la santé des citoyens et pour l’environnement : les particules en suspension (PM2,5 et PM10), l’ozone troposphérique (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et le dioxyde de souffre (SO2).

Les utilisateurs peuvent agrandir la carte ou chercher une ville ou une région d’Europe afin de vérifier la qualité globale de l’air et les mesures par polluant. L’indice présente une évaluation globale pour chaque station de surveillance, grâce à un point coloré sur la carte, qui correspond à la plus mauvaise évaluation pour l’un quelconque des cinq polluants.

  Ces informations, accessibles à tous, constituent une base importante pour un dialogue ainsi que pour les décisions nécessaires pour préserver la santé des citoyens, surtout dans les villes.

 L’AEE a également publié des fiches d’information actualisées par pays qui présentent un résumé annuel de la pollution atmosphérique et de ses incidences dans les pays membres de l’AEE. Ces fiches d’information apportent des informations plus détaillées sur les émissions de polluants atmosphériques et la qualité de l’air par pays. Elles complètent le rapport annuel de l’AAE intitulé «Air quality in Europe – 2017 report» (Qualité de l’air en Europe – rapport 2017) .

 Ce rapport montre que la plupart des citoyens qui vivent dans des villes européennes continuent d’être exposés à des niveaux de pollution jugés nocifs par l’Organisation mondiale de la santé. Le polluant le plus nocif, les particules fines (PM2.5), a provoqué le décès prématuré d’environ 400 000 Européens en 2014. Selon le rapport, la pollution atmosphérique a également d’importantes répercussions sur l’économie, car elle augmente les coûts médicaux, diminue la productivité des travailleurs et a un effet néfaste sur les sols, les récoltes, les forêts, les lacs et les rivières. Le transport routier, l’agriculture, les centrales électriques, le secteur industriel et les ménages sont les principaux émetteurs de polluants atmosphériques en Europe.

La législation de l’Union européenne fixe les normes en matière de qualité de l’air à la fois pour le court terme (par heure/jour) et pour le long terme (par an).

 La carte de l’indice

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.