Fév 12

Vers une grande coalition Allemande favorable à l’Europe ?

Après des mois de paralysie politique, les conservateurs et sociaux-démocrates allemands se sont enfin entendus sur un accord de coalition. Le texte, qui doit encore être approuvé par les militants du parti social-démocrate, reflète le recul politique de la CDU d’Angela Merkel, qui a dû faire de nombreuses concessions

 Le poids de la CDU dans le futur gouvernement recule   par rapport à la ‘grande coalition’ sortante (2013-2017) : le parti ne récupère en effet que les portefeuilles de « la Défense, [de] l’Économie, [de] la Santé, [et de] l’Éducation.  L’abandon du ministère des Finances   illustre l’affaiblissement politique de la chancelière. C’était depuis huit ans la chasse gardée du parti démocrate-chrétien et il serait confié à Olaf Scholz, le maire de Hambourg », un « social-démocrate très modéré ».

  La CDU a également dû faire des concessions au profit de la très conservatrice CSU bavaroise dont le président Horst Seehofer hérite du ministère de l’Intérieur. Lors du précédent mandat d’Angela Merkel, cet ancien ministre-président de la Bavière avait réussi à « faire pression sur la chancelière » au sujet des questions migratoires, et lui avait imposé] un plafond   de 180 000 à 220 000 entrées annuelles sur le territoire.

  C’est en outre l’ajout du terme « Heimat » dans l’intitulé du ministère qui suscite la polémique en Allemagne. Utilisé pour désigner son pays natal, la terre de ses ancêtres ou la région où l’on a grandi », le mot est « devenu tabou après 1945 et récemment réapparu dans la sphère politique.

Du côté européen, l’accord est une bonne nouvelle ! D’une part parce que cet accord marque la fin de la paralysie politique de l’Allemagne, un des principaux moteurs de l’Europe, permettant de prendre des décisions nécessaires sur l’avenir de la zone euro

Par ailleurs, le contrat de coalition fait la part belle à l’Europe et s’intitule d’ailleurs  « Un nouvel élan pour l’Europe ».On peut ainsi lire dans les premières pages : « ‘Nous voulons une Europe de la compétitivité et de l’investissement’ ; ‘Nous voulons une Europe des chances et de la justice’ ; ‘Nous voulons une Europe de la paix qui prend ses responsabilités au niveau mondial' » ; « Les partenaires s’engagent [notamment] à ‘renforcer financièrement l’Union européenne pour qu’elle puisse mieux assurer ses missions' » et « ouvre[nt] la voie à la création d’un budget d’investissement de la zone euro »

L’ancien président du Parlement européen Martin Schulz quittera la direction SPD pour prendre dans un premier temps, le fauteuil de ministre des Affaires étrangères. Il aura ainsi « les mains libres pour défendre le projet qui lui tient le plus à cœur : l’Europe ». Il y renonce aujourd’hui semble-t-il !

 Une condition reste toutefois à remplir, c’est que les 463 723 adhérents du SPD donnent leur accord lors de la consultation interne organisée par le SPD ; Soit dit en passant on aurait aimé que le PS en face autant quand quelques-uns ont décidé une opposition « total » au nouveau gouvernement !

 Les membres du SPD sont   divisés sur la question : Les « jeunes socialistes » (Jusos) veulent y faire obstacle. Si les militants du SPD se prononçaient contre l’accord, deux scénarios pourraient voir le jour. Le premier serait la formation d’un gouvernement minoritaire dirigé par Angela Merkel puisque son parti, même affaibli, est arrivé en tête à l’issue du scrutin du 24 septembre. Le second, consisterait en de nouvelles élections dans l’espoir de dégager enfin une majorité cohérente mais avec peu de chances de l’obtenir

 Pour réduire le risque de refus du SPD, Martin Schulz a promis de quitter la tête du parti, ce qui pourrait inciter certains adhérents à donner leur feu vert à la future grande coalition.

Depuis près de 15 ans l’Allemagne vit sous des contrats de mandatures, ni une synthèse ni alignement mais un travail ou chacun a son domaine. C’est le résultat d’une culture politique et d’un mode de scrutin, qui s’appuie sur un scrutin proportionnel !

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.