Mar 05

Les emplois de plus en plus qualifiés en Normandie….la formation est un enjeu essentiel

Entre 2009 et 2014, l’emploi évolue peu en Normandie, et peine à faire reculer le chômage, même légèrement. Mais cette stabilité apparente de l’emploi cache une restructuration en profondeur du marché du travail, constate une récente note de l’INSEE :  » Les emplois de plus en plus qualifiés en Normandie »

Les exigences des employeurs sur les niveaux de qualification requis augmentent. Les postes de travail qui demandent une forte qualification croissent, les autres diminuent. Ceci se traduit par une augmentation du nombre de cadres ou de techniciens, et par la baisse de la part des ouvriers peu qualifiés parmi les ouvriers. De plus, phénomène assez nouveau, le nombre d’employés qualifiés baisse aussi.

C’est dire l’effort de formation et qualification auquel doit faire face notre Région

Le poids de l’industrie normande explique la forte part d’emplois d’ouvriers dans la région (26 %, contre 23 % dans l’ensemble des régions de province). Ce secteur offrant de nombreux postes peu qualifiés, quatre emplois sur dix, le poids de l’industrie dans la région se traduit par une forte présence de l’emploi peu qualifié. Ainsi, la Normandie est au 3e rang des 13 régions métropolitaines pour la part de l’emploi peu qualifié dans l’emploi total

Au milieu des années quatre-vingt, les emplois d’ouvriers peu qualifiés ont connu une baisse sensible, avec la désindustrialisation et la délocalisation des industries de main d’œuvre vers des pays à bas coût. Par ailleurs, la crise récente de la construction entraîne une destruction d’emplois d’ouvriers peu qualifiés dans le gros œuvre (– 15 % entre 2009 et 2014). Enfin, les collectivités locales suppriment beaucoup de postes parmi les métiers techniques peu qualifiés (– 27 %). Seuls les emplois d’ouvriers agricoles augmentent. Au total, la part des emplois d’ouvriers peu qualifiés dans l’emploi total s’élevait à 18 % en 1982, elle ne représente plus que 10 % en 2014

Certes, la croissance de l’emploi peu qualifié dans d’autres secteurs, par exemple dans les services et le commerce, a apporté un temps des emplois de substitution aux emplois peu qualifiés de l’industrie et de la construction. Mais, outre qu’elle ne permette pas une reconversion aisée pour d’anciens travailleurs de l’industrie ou de la construction, cette « compensation » s’est tarie. Si la récession de 2008-2009 a durement frappé l’emploi ouvrier industriel, elle a eu aussi un impact dans les autres catégories d’emploi peu qualifié.

La croissance des emplois requérant un haut niveau de qualification ne se dément pas depuis 30 ans. La part des emplois de cadres passe de 7 % en 1982 à 9 % en 1999, puis à 12 % en 2014. Celle des professions intermédiaires, de 16 % en 1982, à 22 % en 1999, puis 25 % en 2014. Le retard de la Normandie en termes d’emplois les plus qualifiés s’estompe peu à peu pour les professions intermédiaires, mais pas du tout pour les cadres.

La Normandie est l’avant-dernière région de métropole pour la part des cadres dans l’emploi total. A noter que Les emplois les plus qualifiés se concentrent dans les grandes villes.

Sommaire    de   Les emplois de plus en plus qualifiés en Normandie

  1. Baisse de l’emploi ouvrier peu qualifié
  2. Fin de la croissance du nombre d’employés ?
  3. Toujours plus de cadres et de professions intermédiaires
  4. Les emplois les plus qualifiés se concentrent dans les grandes villes
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.