Mar 22

Quelle gouvernance, quelles responsabilités, pour les entreprises ?

Nicole Notat (ancienne secrétaire générale de la CFDT) et Jean-Dominique Sénard (Michelin) ont remis au gouvernement leur rapport « L’entreprise, objet d’intérêt collectif », qui doit servir à élaborer la future loi Pacte..

Salariés et actionnaires, forment les deux parties constituantes de l’entreprise, et c’est sur cette alliance que doit s’organiser la gouvernance de l’entreprise ? Si les conseils d’administration ou de surveillance sont composés essentiellement de représentants des actionnaires, les dirigeants deviennent de facto leurs mandants, au risque de mal exercer leur fonction de chefs d’entreprise.

Mais pourquoi faire ? La question des objectifs de l’entreprise, de sa responsabilité sociale et environnementale, y est intimement liée !

Les salariés dépendent des actionnaires, comme les actionnaires ont besoin des salariés. La présence des salariés dans les conseils d’administration est donc naturelle ! les entreprises souffrent moins d’un excès de contraintes que d’un manque de coopération : encore faut-il construire cet équilibre constitutif de l’entreprise. A cet égard pour les auteurs du rapport « le court-termisme et la financiarisation pèsent sur la vie de l’entreprise ».

Ce rapport formule 14 propositions : Six recommandations à l’attention des praticiens et des administrations. Cinq recommandations d’ordre législatif Trois recommandations concernant des cadres juridiques optionnels

Par ailleurs, Terra Nova à travers le rapport «  L’entreprise contributive » propose 21 propositions pour une gouvernance responsable.

 Un récent rapport de la Fondation Jean Jaurès, entendait « dépoussiérer » le concept de responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise, pour valoriser l’implication des salariés dans la gouvernance de ce qui est, au-delà d’une entité économique qui crée de la valeur, un « projet collectif » où tout le monde a sa part. Il formulait lui aussi 1O propositions en ce sens .

Peut-on essayer de modifier le paradigme du capitalisme, tout en maintenant une liberté d’entreprendre ? Les enjeux sont essentiels pour « déverrouiller » la société française ! Toutes ces réflexions doivent maintenant se traduire en actes!

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.