Avr 04

À moins d’un an maintenant, du départ britannique de l’Europe, où en est-on ?

Dans moins d’un an maintenant, le 29 mars 2019, le Royaume-Uni quittera l’Union européenne.  Un départ du Royaume-Uni de l’UE qui suscite encore de nombreuses interrogations (rappelons que 51,9% des électeurs seulement y étaient favorables).

Le saut dans l’inconnu sera amorti par l’accord de transition sur lequel les négociateurs européens et britanniques se sont accordés lundi 19 mars. Une période de transition qui permettra au Royaume-Uni de bénéficier des mêmes droits et devoirs que les autres États membres même après sa sortie de l’Union européenne et qui se prolongera jusqu’au 31 décembre 2020.

Néanmoins, de nombreuses questions restent encore à trancher.  le Royaume-Uni pourrait mettre plus de temps que prévu pour conclure un partenariat ou des arrangements douaniers avec l’Union européenne.

Autre question en suspens, celle « de la frontière irlandaise », seule barrière terrestre entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. En la matière, « aucune solution crédible ne se dessine à ce stade pour éviter de remettre en cause la fluidité des échanges » entre la République d’Irlande, membre de l’Union européenne, et l’Irlande du Nord, nation constitutive du Royaume-Uni, qui sortira donc de l’UE avec le Brexit.

 Cette question doit pourtant   être tranchée avant le 31 octobre prochain, date à laquelle le traité de retrait doit être signé par les deux parties. Ensuite, il devra également être approuvé par l’ensemble des 27 pays membres et soumis au Parlement britannique avant le 29 mars 2019.

Si le pays ne s’est pas enfoncé dans le marasme économique, les Britanniques ont cependant eu à subir des conséquences négatives de leur décision de quitter l’Union européenne : chute de la monnaie britannique de l’ordre de 20% par rapport à l’euro « , et donc une augmentation du prix des produits importés, une poussée de l’inflation et une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. De même, la croissance économique s’en est ressentie : de 2% en 2016 elle est passée à 1,7% en 2017.

Sur la scène nationale britannique, les partisans du maintien du pays dans l’UE continuent de s’organiser. L’organisation britannique pro-UE Best for Britain a lancé   une campagne d’affichage nationale au Royaume-Uni, afin de tenter d’obtenir un deuxième référendum sur le Brexit. Un second référendum également prôné par l’ancien Premier ministre Tony Blair, qui souhaiterait voir les Britanniques se prononcer de nouveau lorsque les conditions de la sortie de l’UE seront connues. Néanmoins,  les sondages et les études suggèrent qu’il n’existe pas un vaste mouvement d’opinion en faveur d’un second vote.

Theresa May a indiqué très clairement, dès le moment où elle est devenue Première ministre, que son gouvernement respecterait le résultat du référendum. Elle entreprend un périple aux quatre coins du Royaume-Uni pour parler à ses concitoyens du Brexit. Pour essayer de convaincre qu’avec le Brexit, les différentes provinces constitutives du Royaume-Uni bénéficieront de pouvoirs de décisions accrus, jusqu’alors détenus par Bruxelles.

  « Vote Leave », l’organisation officiellement chargée de la promotion du Brexit avant le référendum a été récemment soupçonnée d’avoir menti sur ses comptes de campagne, et aurait   utilisé les « données personnelles des utilisateurs du réseau social Facebook » par l’intermédiaire de l’entreprise Cambridge Analytica

 Les dates à venir :

  • Fin 2018 : Achèvement des négociations, élaboration d’un accord de retrait : le sommet européen des 18 et 19 octobre 2018 devrait être l’occasion de présenter un accord de retrait, qui sera ensuite soumis à l’approbation des Parlements européen et britannique.
  • 29 mars 2019 : Divorce définitif entre le Royaume-Uni et l’UE : à 23h heure anglaise, soit minuit à Bruxelles et à Paris, le Royaume-Uni cessera définitivement de faire partie de l’Union européenne. Les 28 ne seront plus que 27, le Royaume-Uni devenant un pays tiers.
  • 31 décembre 2020 : Fin de la période de transition : La période de transition négociée entre le Royaume-Uni et l’UE prendra fin le 31 décembre 2020. Dès le lendemain, la nouvelle relation entre les deux entités prendra effet, et le Royaume-Uni sera libre de conclure des accords avec d’autres pays.
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.