Août 31

Bientôt la rentrée scolaire : quels changements sont à noter cette année !

La rentrée des classes c’est toujours des nouveautés pour les élèves et leurs familles.

Elle est marquée d’abord par une forte augmentation des effectifs dans les collèges et les lycées : plus de 25 000 élèves supplémentaires. À l’école primaire et élémentaire : 6 761 600 enfants attendus. C’est 8 000 de moins qu’en 2017 (Pour en savoir plus sur l’évolution des effectifs )

Dans le même temps, le nombre de candidats admis aux concours externes de professeurs certifiés et agrégés a baissé de 10,3%. 7 768 candidats ont été admis cette année contre 8 707 en 2017.

 Le nouveau Ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer a engagé un certain nombre de changements : la plus importante pour cette rentrée pour beaucoup,  sera  le retour de la semaine de quatre jours (4 jours de .heures). Dans certains territoires les classes de CP puis de CE1 auront des effectifs allégées (69 CP et 21CE1 dans l’académie),  les devoirs sont  faits en classe au collège, et reviennent des classes bilingues.

Le ministre a également modifié le programme, notamment en réformant l’apprentissage de la lecture à l’école primaire, dès le CP,

Le conseil supérieur des programmes (CSP) préconise aux enseignants d’organiser une dictée par jour au CP et de favoriser « la compréhension des textes » avec la lecture d’au moins 5 à 10 œuvres par an en classe. Côté grammaire, on note le retour des Complément d’Objet Direct ou Indirect.

  En mathématiques, les élèves de CP devront aborder l’addition, la soustraction, la multiplication et la division, et même s’ils ne maîtrisent pas tout dès la première année du primaire, ils devront comprendre le sens de ces quatre opérations. Le CSP recommande également d’aborder la résolution des problèmes mathématiques un peu plus tôt dans l’enseignement, avec des démonstrations en classe par exemple.

 Trois priorités sont données à l’éducation civique et morale : « respecter autrui », « acquérir et partager les valeurs de la République » et « construire la culture civique ».

Enfin, les élèves seront évalués dès le début du CP, mais aussi au milieu de l’année, puis au début de CE1, début de 6e et au début de la seconde générale, technologique et professionnelle, dès la rentrée des classes 2018.

Le plan Mercredi  qui se mettra en place progressivement doit renforcer la qualité des offres périscolaires, favoriser l’accès à la culture et au sport, et permettre à tous les élèves, en particulier les enfants en situation de handicap, d’y participer.

L’Assemblée nationale a voté l’interdiction effective, dès la rentrée de septembre 2018, des téléphones portables dans les écoles maternelles, primaires, ainsi que dans les collèges. Cette interdiction sera néanmoins adaptée selon les établissements scolaires, qui pourront préciser dans leur règlement intérieur les lieux et conditions autorisés.

Le baccalauréat a été réformé et contiendra dorénavant uniquement quatre matières obligatoires (trois épreuves écrites et un oral), avec l’introduction d’un contrôle continu tout au long de l’année, auxquelles il faut ajouter l’écrit et l’oral de français en fin de première. Les élèves de seconde sont les premiers concernés, puisque ce sont eux qui passeront cette nouvelle version du bac en 2021. Dès septembre 2018, ces derniers devront passer un test de positionnement pour évaluer leur niveau en français et mathématiques.

   Enfin, les collégiens qui font leur rentrée des classes en seconde bénéficieront d’un accompagnement personnalisé et de 54 heures consacrées à leur orientation, pour mieux les aider à choisir la filière professionnelle qui leur convient.

Quelques expérimentations sont prévues dès la rentrée scolaire 2018/2019 dans certains établissements en vue de réformer à terme la filière professionnelle : seconde moins spécialisée avec plusieurs enseignements, suppression des filières sans débouchés (il y a actuellement 80 « bacs pros », création de véritables campus professionnels avec davantage de liens avec les entreprises et les régions.

 Le ministre de l’Education souhaite en outre changer l’image des internats. « Il faut passer de l’internat prison tel qu’il est perçu à l’internat liberté, qui allie rigueur (usage raisonné des écrans, temps de sommeil respectés…) et bonheur (épanouissement personnel et activités culturelles et sportives) ».

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.