Déc 15

Une nation européenne est-elle possible ?

Au moment où la France achève une présidence de l'Union marquée par la crise financière, «Marianne» a demandé à Hubert Védrine et au philosophe libéral Pierre Manent d'évaluer la solidité de la construction européenne face au nouveau contexte international.
 HV : Je ne conçois donc pas l'avenir de l'Europe comme s'inscrivant dans un processus de fabrication d'une nation européenne venant en punition, en substitution ou en sublimation des anciennes nations. Je crois en plus de coopération, plus de convergence, d'actions communes, etc., entre elles. Bref, je vois les choses d'une façon ambitieuse, mais autrement
(…)
PM : Il y a une solidarité étroite entre la formation des nations et la cristallisation des démocraties européennes, au point qu'on se demande si une démocratie détachée des nations est envisageable. En tout cas, cela ne s'est jamais vu. La deuxième raison est que la constitution de l'Europe comme puissance n'a fait qu'un avec la montée en puissance des nations. De même que la cité était la forme politique propre à la Grèce, l'Etat-nation est celle de l'Europe. Les partisans doctrinaires d'une nation européenne rêveraient donc de séparer l'effet de sa cause, la civilisation européenne de sa raison politique, qui réside dans une relation entre les nations, faite d'un mélange de rivalités et d'émulation.(…)

Des analyses contestables mais stimulantes !
 Lire l'article

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.