«

»

Oct 04

L’impact du réchauffement climatique sur les questions de l’eau

Toutes les régions, à des degrés divers vont être impactées par le réchauffement climatique, et dans certaines parties du monde l’impact est déjà très fort : notre région n’est pas, ne sera pas épargnée. A ce titre en tant que Président du SAGE Cailly-Aubette-Robec, je signais hier à Dreux, l’acte d’engagement pour l’adaptation au changement climatique formalisé par l’agence de l’eau Seine-Normandie.

Quelques exemples d’impact dans notre région , dont le film « Heula ça chauffe«  rend bien compte :

  • – Des sites exceptionnels comme les falaises d’Etretat, le Mont Saint Michel ou les plages du débarquement, seront fortement modifiés avec la montée des eaux
  • Des zones humides comme le Marais Vernier seront recouvertes
  • La montée des eaux va déplacer le trait de côte et accélérer l’érosion des falaises
  • La montée de la mer et simultanément, la baisse du niveau des cours d’eau va faire pénétrer l’eau de mer dans les terres et saliniser les cours d’eau, et l’eau potable ; la réduction de la ressource peut amplifier les conflits d’usage
  • La transformation de la faune et de la flore est déjà à l’œuvre

Tout ceci implique des changements de méthodes, des risques et des opportunités, qu’il faut envisager dès maintenant

Sur le. bassin Seine-Normandie, tous les acteurs de l’eau et tous les territoires du bassin sont ou seront prochainement affectés par le changement climatique : les collectivités en termes de ruissellements et d’îlots de chaleur urbains, les industriels en termes de refroidissement et de rejet, les agriculteurs en matière de sécheresse hydrique des sols, de raccourcissement des cycles culturaux, d’adaptation des cultures, d’érosion accrue, et in fine l’ensemble de la population en termes d’inondations (par ruissellement, par érosion côtière, par submersion marine ou par débordement), de coulées de boues, d’accès à l’eau potable…

C’est la raison de la stratégie d’adaptation au changement climatique, co-construite par l’agence de l’eau, les experts scientifiques, et tous les acteurs politiques associatifs, économiques… pour mobiliser les uns et les autres sur ces questions, diffuser l’information et les bonnes pratiques.

La stratégie d’adaptation pour le bassin repose sur cinq objectifs.

1 Réduire la dépendance à l’eau et assurer un développement humain moins consommateur d’eau

2 Préserver la qualité de l’eau

3 Protéger la biodiversité et les services éco-systémiques

4 Prévenir les risques d’inondations et de coulées de boue

5 Anticiper les conséquences de l’élévation du niveau de la mer

Télécharger le document  :  Stratégie pour l’eau face au changement climatique

Partagez cet article :

(1 commentaire)

  1. DELESTRE André

    …et concrètement, l’impact du contournement EST sur la zone de captage de la Chapelle qui alimente en eau potable toute la rive gauche de la Métropole? Et stérilise encore des terres? Les services ont lancé une étude, en prévision des pollutions à venir, pour trouver d’autres ressources?!! Je préférerais que l’on vote CONTRE ce projet d’un autre temps d’avant la COP21 et autres connaissances dont nous sommes alertés. Et trouver des alternatives au tout routier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>