«

»

Oct 11

Quelles relations entre les Etats et la religion dans le monde ?

 L’institut américain Pew Research Center vient de publier  une étude très interessante sur les relations entre États et religions. Il distingue 4 catégories parmi les 199 pays étudiés : les pays ayant une religion officielle, ou religion d’État, qui confèrent un statut officiel à une religion particulière dans leur constitution ou leur droit fondamental ; les pays ne reconnaissant aucune religion (qui représentent plus de la moitié des pays étudiés) ; les pays hostiles aux groupes religieux, et enfin, point original de cette étude, les pays qui favorisent officieusement une religion.

L’étude, rapportée par La Croix, se base sur l’analyse des constitutions, des lois fondamentales et de différentes institutions des pays concernés

 Le Pew Research Center recense ainsi 43 pays ayant une religion d’État. La plupart d’entre eux sont des pays musulmans (27), d’Afrique du Nord et de la Péninsule arabique, sans oublier l’État juif d’Israël. Mais on compte aussi plusieurs pays chrétiens (13 dont 9 en Europe), dont bien sûr le Royaume-Uni anglican, mais aussi les catholiques Costa Rica et République dominicaine, ainsi que deux pays officiellement bouddhistes, le Bhoutan et le Cambodge. Dans ces pays, la religion officielle figure généralement dans la Constitution, et le chef de l’État est bien souvent tenu d’y appartenir. À noter que l’étude, basée sur des données de 2015, compte encore parmi ces pays la Norvège, où l’État et l’Église sont séparés depuis le 1er janvier 2017.

Dans 10 pays, l’Etat régule étroitement toutes les institutions religieuses ou est activement hostile à la religion en général. Ces pays comprennent la Chine, Cuba, la Corée du Nord, le Vietnam et plusieurs anciennes républiques soviétiques, où les fonctionnaires visent à contrôler les pratiques de culte, les expressions publiques de la religion et les activités politiques des groupes religieux. La Chine, par exemple, n’a pas de religion d’état officielle, elle n’a pas non plus une religion préférée.   Elle a une relation d’État fortement restrictive ou même hostile avec la religion, réglementant et surveillant les institutions religieuses. La constitution de la Chine dit que les citoyens ont «la liberté de croyance religieuse », mais cela limite également la protection des activités religieuses « normales ». 9 Dans la pratique, l’État contrôle étroitement l’activité religieuse, et seules cinq «associations religieuses patriotiques»   sont autorisées à s’inscrire auprès de l’État et à organiser des services de culte. L’État a souvent arrêté, arrêté ou harcelé des membres de groupes religieux enregistrés et non enregistrés en 2015.

Enfin, l’institut américain liste 40 pays qui, selon lui, favorisent une religion par rapport aux autres, bien que n’ayant pas de religion d’État officielle. Ces pays « ont des politiques ou actions gouvernementales qui favorisent clairement une religion par rapport aux autres, typiquement, avec des avantages légaux, financiers ou autres. »

Parmi les 40 pays qui ont une religion privilégiée ou privilégiée – mais pas une religion d’Etat officielle – Vingt-huit pays (70%) ont le christianisme comme religion privilégiée, principalement en Europe et dans les Amériques.

L’étude prend l’exemple du Laos, dont la constitution précise que l’État « soutient et encourage » le clergé bouddhiste et les fidèles qui œuvrent « pour le bien, du pays ». Ou encore le cas de la Russie, où l’Église orthodoxe bénéficie clairement d’une proximité singulière avec le pouvoir politique. « La liberté religieuse figure dans la constitution de beaucoup de ces pays », conclut le Pew Research Center. « Bien que, dans les faits, ils ne traitent pas toutes les religions à égalité. »

Cependant, la plupart des gouvernements du monde entier sont généralement neutres envers la religion. Plus de 100 pays et territoires inclus dans l’étude n’ont aucune religion officielle ou préférée à partir de 2015. Ceux-ci incluent des pays comme les États-Unis qui peuvent donner des avantages ou des privilèges à des groupes religieux, mais généralement le faire sans favoriser systématiquement un groupe spécifique par rapport à d’autres

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>