Nov 08

Le travail dans tous ses états ; avenir, déclin, transformation ?

Les réflexions sur le travail et l’emploi se multiplient, face au chômage et aux débats qu’il provoque sur la durée du temps de travail ou le revenu universel ! et deux ouvrages récents en apportent une belle illustration :

  • Travail, la soif de liberté : Comment les start-uppers, slashers, co-workers réinventent le travail, de Denis Pennel aux éditions Eyrolles
  • Le Travail est l’avenir de L’homme de Nicolas Bouzou, aux  Editions de l’observatoire

J’avais moi même abordé cette question dans un article pour la revue La Recherche en 1986.

L’éclatement de l’emploi est une réalité avec la disparition de l’unité de temps et d’espace. Parallèlement s’efface la frontière publique avec l’envahissement du travail dans la sphère privée : le phénomène du blurring pour les anglo-saxons.

De plus en Difficulté apparaissent pour se déconnecter, sujet qu’à abordé juridiquement la loi El Khomery.

Relâchement du triptyque emploi/ travail / revenu est posé de nouveau, avec les débats sur le revenu universel.

A partir de cela, est-il possible de réconcilier le mieux du salariat (protection sociale, stabilité.,) avec le mieux de du non salariat qu’incarne par exemple l’artisanat (redevenir acteur de sa vie professionnelle) ?

C’est à ces réflexions que se livre Dennis Pennel dans son ouvrage « Travail, la soif de liberté », lorsqu’il trace les contours de ce que pourrait être un nouveau statut : le libertariat.

Pour Nicolas Bouzou, Le travail n’est pas prêt de disparaitre ; il est une caractéristique de l’homme ; les animaux ne travaillent pas ; nous inventons des machines et notre travail se transforme ; le travail se transforme sous l’effet de l’innovation au fil du temps. L’homme s’est toujours interrogé sur l’avenir du travail : que dire des milliers de porteurs d’eau quand ont été installées les premières canalisations ? Que dire des allumeurs de réverbères avec l’apparition de l’électricité ? Que dire des chauffeurs de véhicules quand on réfléchit à ce que seront les véhicules sans chauffeur ?

Les machines ont d’abord remplacé les métiers les plus routiniers, non qualifiés, mais qu’en sera-t-il avec l’intelligence artificielle et les « big data », permettant de traiter instantanément des quantités considérables de données ?

On s’interroge trop souvent sur le versant « disparition » de l’emploi mais moins sur le volet  » création  » alors que c’est le solde qui est « utile » pour le chômage !

La technologie peut faire disparaître des emplois, mais elle peut aussi faire disparaître certaines taches au sein d’un emploi le transformant alors en un « autre  » emploi ! L’automatisation peut aussi conduire à des gains de productivité considérables augmentant ainsi le nombre d’emplois !

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.