Déc 11

Pacte Migratoire : les pays doivent travailler ensemble, pas les uns contre les autres, avec humanité!

À l’occasion de la conférence de l’ONU qui s’est tenue à Marrakech, la France a signé le Pacte « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ».  Cette adoption coïncide avec les célébrations de la Journée des droits de l’homme et du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme,  sur lequel repose le Pacte sur les migrations.

Depuis plusieurs jours, en plein conflit des gilets jaunes, la rumeur est relayée massivement sur les réseaux sociaux et par les responsables politiques les plus à droite, selon laquelle en signant le « Pacte de Marrakech», le Président de notre République « vendrait la France à l’ONU » et, pour Le Pen organiserait « la submersion migratoire de notre pays » avec «900 000 migrants supplémentaires/an »

Parmi les fausses informations qui circulent : « La France perdrait sa souveraineté », or « Le pacte mondial réaffirme le droit souverain des États à déterminer leur politique nationale en matière d’immigration, et leur prérogative de régir l’immigration au sein de sa sphère de compétence nationale(…) » ; il «ne forcera en rien l’adoption de politiques nationales ».

Avec 225 millions de migrants aujourd’hui, dont environ 25 millions de réfugiés, les phénomènes migratoires bouleversent notre monde. Pour y répondre de manière coordonnée, 193 États veulent donc un pacte non-contraignant de l’ONU pour une « migration sûre, régulière et ordonnée ».  Un texte qui a une valeur symbolique, en fixant des recommandations pour changer les comportements.

Le pacte énonce 23 objectifs, non-contraignants, dont ceux d’encadrer les migrations avec humanité et de lutter contre les passeurs. Quelques exemples :

  • Sauver des vies et mettre en place une action internationale coordonnée pour retrouver les migrants disparus ;
  • Renforcer l’action transnationale face au trafic de migrants
  • Prévenir, combattre et éliminer la traite de personnes dans le cadre des migrations internationales.

Plutôt que de subir les inévitables migrations, qui résultent de causes multiples (climatiques, géopolitiques, économiques, démographiques), le pacte vise à mieux les prévoir pour mieux les gérer.

La France, forte de sa souveraineté et en pleine indépendance, fait le choix du multilatéralisme pour répondre au défi des migrations au XXIème siècle. Certains pays ont choisi de se retirer du projet en pensant qu’ils feraient mieux seuls que dans le cadre d’une réponse globale…. et ils construisent des murs, des barbelés … Une quinzaine de pays s’y oppsent sur les plus  .

Au sein de l’UE, différents partis d’extrême-droite s’opposent en effet au Pacte et veulent que leurs pays fassent cavaliers seuls. Il s’agit surtout des pays où les gouvernements défendent une ligne de repli en matière de politique d’asile et d’accueil des migrants, comme en Europe, l’Autriche, la Hongrie et la Pologne (membres du groupe de Visegrad), la République tchèque, la Bulgarie ; En Belgique la coalition au pouvoir a explosé sur cette question sous la pression de la composante la plus à droite, les nationalistes Flamands.

Ailleurs, Israël, les Etats-Unis se sont retirés dès la fin 2017, de cette démarche.

Redisons-le, l’objectif de l’accord n’est pas de faciliter la migration (l’un des objectifs est d’ailleurs de lutter contre les facteurs négatifs qui poussent les personnes à quitter leur pays) ou d’abolir les frontières. Il vise à mieux gérer ces phénomènes, les encadrer avec plus d’humanité.

Le processus a  été engagé il y a 18 mois  par l’Assemblée générale des Nations unies : le texte a été adopté, Sans vote ni signature, par la conférence intergouvernementale de Marrakech ou 159 pays étaient représentés ; Mais ce n’est qu’ une simple étape formelle de ce processus, avant un ultime vote de ratification, le 19 décembre en assemblée générale à New York.

Pour ceux qui ne veulent pas s’engouffrer dans le vent populiste et raciste qui souffle, ou qui veulent comprendre par eux-mêmes, je mets ci-après le texte de ce pacte. Il faut ré objectiver les discours sur les migrations, pour contrer les peurs irrationnelles qu’elles suscitent partout dans le monde.

Le texte du pacte                                Pour en savoir plus sur le vrai et le faux

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.