Jan 14

Le maire, seul élu à progresser, en terme de confiance, sur fond de remise en cause des institutions

Le maire conserve – et de loin – son fauteuil de personnage politique préféré des Français, rapporte l’AMF. Selon le Baromètre de la confiance politique, publié hier par le Cevipof (Sciences Po), les Français sont 58 % (10 % « très confiance » ; 48 % « plutôt confiance ») à lui faire confiance. Seul personnage politique à dépasser la barre des 50 % sur cet indicateur, le maire bénéficie de surcroit d’un taux de confiance en hausse : + 3 points par rapport à décembre 2017. Les Français sont également majoritaires – 54 % (+1 point) – à manifester leur confiance vis-à-vis du conseil municipal.

Pour le reste, on s’aperçoit que le taux de confiance dans l’élu baisse à mesure que la collectivité dont il a la charge s’éloigne du citoyen, toujours selon l’AMF : ainsi, les Français accordent à 38 % leur confiance au conseiller départemental (-2 points) et à 36 % au conseiller régional (-3 points).
Si les élus locaux sont relativement préservés, la cote des élus nationaux n’en finit plus de chuter sur fond de crise des Gilets jaunes.

Si le député perd « que » quatre points de confiance (31 %) en un an, le Premier ministre et le président de la République ont égaré beaucoup de monde en chemin. Ils ont respectivement conservé la confiance de 25 % (-11 points) et 23 % des Français (-13 points). Surtout, une majorité de Français – 53 % – dit ne « pas avoir du tout confiance » en Emmanuel Macron (en tant que président de la République). Son taux de confiance à cette fonction est aussi faible que celui de François Hollande en décembre 2014.

De la même façon, le taux de confiance dans l’institution présidentielle s’effondre dans les mêmes proportions (23 % ; – 10 points) et atteint – comme toutes les institutions hormis le conseil municipal – son plus bas niveau depuis la création du baromètre il y a quasiment dix ans. Seuls le gouvernement (22 % ; -8 points) et les grandes conférences internationales, comme le G20 (19 % ; -6 points) sont moins bien classés.

La démocratie ne fonctionne « pas très bien » pour 7 Français sur dix. Inévitablement, les Français, dont la défiance vis-à-vis des élus et des institutions de la Ve République n’a jamais été aussi importante – 32 % des Français éprouvent du « dégoût » pour la politique (historiquement haut), 2 % seulement du « respect » – portent un regard critique sur la démocratie. Pour 70 % des Français, elle ne fonctionne « pas très bien » (+9 points par rapport à décembre 2017, le record avait été établi à 73 % en décembre 2014). Près d’un tiers des sondés (31 %) considèrent qu’elle ne fonctionne « pas bien du tout ».

Pour autant, les personnes interrogées sont une majorité (53 %) et plus nombreuses qu’en décembre 2017 (+2 points) à s’intéresser à la politique. Simplement, elles déplorent à 85 % (+2 points) que les responsables politiques « ne se préoccupent pas » de ce qu’ils pensent et à 74 % que les politiques menées par l’État soient conduites « dans l’intérêt de quelques-uns ».

Télécharger le Baromètre de la confiance politique du Cevipof (janvier 2019).

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.