Fév 12

Les revenus d’activité des non-salariés augmentent dans la plupart des secteurs d’activité

Fin 2016, en France, 3,2 millions de personnes exercent une activité non salariée, dont 0,4 million dans le secteur agricole. Hors secteur agricole, 31 % des non-salariés sont micro-entrepreneurs. Entre 2015 et 2016, les effectifs de micro-entrepreneurs progressent de nouveau fortement et ceux de non-salariés classiques diminuent pour la troisième année consécutive.

Toutes catégories confondues, la moitié des non-salariés se concentre dans le commerce et l’artisanat commercial (19 %), la santé (17 %) et la construction (13 %)

Hors secteur agricole, la population non salariée croît de nouveau en 2016 : + 0,3 % , après + 0,7 % en 2015 et + 0,2 % en 2014. Ces hausses sont nettement plus modérées que les années précédentes (+ 4,9 % par an en moyenne entre 2010 et 2013) : d’une part le nombre de non-salariés « classiques » baisse pour la troisième année consécutive (– 2,7 % en 2016) ; d’autre part, la progression du nombre de micro-entrepreneurs est moins vive depuis 2014.

Les non-salariés classiques représentent 1,9 million de personnes fin 2016, dont 57 % sont entrepreneurs individuels et 43 % gérants majoritaires de sociétés.

En 2016, les non-salariés classiques des secteurs non agricoles perçoivent en moyenne 3 440 euros par mois, de 1 120 euros dans le commerce de détail hors magasin à 8 620 euros pour les médecins et les dentistes.

En moyenne, 9 % des non-salariés classiques déclarent un revenu nul, car ils n’ont pas dégagé de bénéfices ou ne se sont pas versés de rémunération. Cette part varie de moins de 2 % pour les professionnels de santé et les pharmaciens, à plus de 20 % dans les arts et spectacles et les activités immobilières.

À secteur donné, les femmes gagnent en moyenne un tiers de moins que les hommes. Les micro-entrepreneurs retirent en moyenne 450 euros mensuels de leur activité. Entre 2015 et 2016, le revenu d’activité moyen des micro-entrepreneurs augmente de 3,4 %, celui des non-salariés classiques progresse de 2,7 %. Ces hausses concernent presque tous les secteurs d’activité.

Hors revenus nuls, les disparités de revenu d’activité sont plus marquées que pour les salariés du privé : un non-salarié classique sur dix gagne moins de 500 euros par mois   ; ce seuil est 1,7 fois plus élevé pour les salariés du privé. En haut de l’échelle des rémunérations, un non-salarié classique sur dix perçoit plus de 8 090 euros par mois. Ce montant est 2,3 fois supérieur au rang équivalent chez les salariés du privé.

Sommaire de la note les revenus des non salariés

  1. Fin 2016, 3,2 millions de personnes exercent une activité non salariée
  2. Les effectifs augmentent modérément en 2016
  3. Le nombre de micro-entrepreneurs accélère à nouveau
  4. Les disparités de revenu d’activité sont particulièrement marquées parmi les non-salariés
  5. Le revenu d’activité moyen des non-salariés augmente de 2,7 % en 2016
  6. L’évolution de la répartition des non-salariés par secteur contribue à la hausse du revenu d’activité moyen
  7. À secteur égal, les femmes gagnent un tiers de moins que les hommes
  8. Les revenus d’activité des non-salariés du secteur agricole
Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.