Avr 13

Le défi démocratique face à la mondialisation: quels enjeux?

L’université populaire de Rouen a choisi cette année comme thème, la crise démocratique, et des systèmes politiques. Le choix a été fait de croiser les regards de différents spécialistes (politologues, juristes, sociologues) pour susciter le débat plus riche possible

Invité à intervenir comme économiste et politique, j’ai choisi de l’aborder sous l’angle de la mondialisation. Pourquoi ? parce que face à la mondialisation, notre démocratie reste essentiellement nationale ou locale.

Les débats démocratiques sont décalés, et mauvais diagnostic, mauvaises solutions, aboutissent à des déceptions….Les questions internes prennent le pas, sans lien avec la mondialisation ; L’Europe est décrite comme un bouc émissaire plus que comme une solution possible. Le clivage droite-gauche est bousculé par d’autres clivages « ouverture/repli » ou « globalisation/souverainisme »

Dans mon exposé (voir conférence du 11 avril 2018),  j’essaie de montrer que les réalités de la globalisation font que celle-ci est irréversible, prend de l’ampleur avec la croissance des échanges extérieurs, même si elle évolue et se transforme avec le numérique, la démographie, l’environnement. Elle évolue aussi dans sa géographie en n’étant plus centré principalement sur l’Europe et les USA.

Au-delà de ce diagnostic il nous faut relever de nombreux défis :

-Des défis français : La dette pour pouvoir investir pour faire face aux enjeux à venir, Le chômage et le fonctionnement de notre marché du travail pour à la fois nous adapter et nous protéger.

-Des défis globaux dans le cadre d’accords commerciaux multilatéraux ou bilatéraux, d’une forme d’harmonisation des fiscalités, d’accords d’entreprise, de normes environnementales, de pacte pour les migrations…

La mondialisation perturbe la démocratie et ses enjeux, l’Etat et le citoyen, la souveraineté. Les gouvernants des Etats doivent contribuer à la construction d’une démocratie de la mondialisation en mettant plus en avant les enjeux, les choix possibles, les compromis nécessaires. C’est là ou l’Europe a toute sa place, pas comme bouc émissaire de la mondialisation mais comme élément de solution

« Face à un monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. » Francis Blanche

Retrouver ici, ma présentation lors de cette   conférence du 11 avril 2018

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.